Itinéraire

01tourdiapo2

pnglogocouleur300dpi50x85Les 1001 Bornes apnglogohugo300dpi50x85apnglogohirondelle300dpi50x85apnglogopapillon300dpi50x85pnglogoVerdastelo300dpi50x85apnglogo2bornedorcoupe300dpi50x85apnglogofleur300dpi50x85028borneGland60x40pngdroopyfilm300dpi50x85                     

Derniers commentaires

  • Gravatar Le dessin mignon arrière de ma maison, Zelia! avec quelques traits et couleurs que vous avez laissé un souvenir chaleureux
  • Gravatar Chère petite Zélia, que cela doit être doux pour Droopy d'entendre ce cris de tendresse! Garde cette spontanéité à ton
  • Gravatar Danseuses dans un patio andalou ! Quelle grâce et quel rayonnement ! A vous la vie !
  • Gravatar ! Pero que listita es mi chica! Lo que habreis aprendido, sin duda, es que todas las acciónes tienen sus consecuencias ( bue
  • Gravatar Comme je comprends ta lettre Zélia! Droopy, c'était un membre de ta famille, celui qui vous a porté sur les routes du mond
  • Gravatar Mi skribas por deziri al Zelia felicxan naskigxdatrevenon!!! Cxion bonan, kara knabineto!!! Mi sauxdadas vin!!! Kisojn!!! Eid

Gengis Khan

Écrit par Zachary.

Dès notre arrivée en Mongolie, nous apercevons le nom et l'effigie de Gengis Khan partout. D'abord sur les billets de 1000 Togrot, ensuite sur le toit de l'hôtel devant lequel nous sommes garés et finalement, sur les bouteilles de vodka vides qui jonchent les rives asséchées de la rivière Selbe, traversant la capitale. A Ulaan-Bator, nos contacts espérantistes, Enkheo et Ganba, ne tardent pas à nous amener devant le parlement où trône une statue imposante du célèbre empereur.

Le lendemain, un de leurs amis nous propose de visiter une gigantesque statue équestre de Gengis Khan qui se situe à 50km de la ville. Cette dernière, dominant pesamment la steppe de ces 40 mètres de haut, a nécessité 250 tonnes d'acier pour son érection. Son socle n'est autre qu'un large bâtiment constitué d'un restaurant et d'un musée, prévus pour recevoir les visiteurs du monde entier.

Tout autour un vaste complexe de 200 yourtes, verra bientôt le jour, simulant un camp militaire mongol.

Et pour couronner le tout, papa me colle un roman de Gengis Khan à lire. De même, il offre aussi à Zohra, un livre dont le héros de 5ans est un petit mongol qui, sur les épaules de son père, se prend pour Gengis Khan.

Rien à faire nous devons nous soumettre à l'invasion mongole!!!

 

RSZ360ChingisGP1632

Dans mon livre, j'apprends l'histoire de Gengis Khan qui a uni la Mongolie et conçu le plus vaste empire du monde, s'étendant des hauts-plateaux mongols, jusqu'à la mer Noire.

En 1167, le petit Temüjin, naît dans la steppe, après le rapt de sa mère par les merkits, une tribu ennemie. Les enlèvements et les viols étant fréquents, à cette époque, souvent l'origine des enfants étaient incertaines. Son père, Yesügei, chef du clan Borjigin, accepta néanmoins l'enfant comme étant le sien.

Pendant son enfance, Temüjin adore écouter les légendes mythiques concernant les tribus mongoles, notamment, celle du loup bleu et de la biche blanche, couple originaire dont descendraient le roi et le peuple mongol. A l'adolescence, apprenant par un des ses frères rivaux qui le jalouse, l'éventualité qu'il soit un fils de Merkit, il tue ce dernier, pour faire cesser toute rivalité dans la famille. Pourtant, l'idée de ne pas être un réel descendant du Loup Bleu, l'obsède.

C'est avec ce secret fortement enfoui qu'il s'obstinera, à unir les tribus amies et à soumettre les tribus ennemies, c'est ainsi qu'il sera le premier à unir tous les peuples des hauts plateaux et fondera

le premier état mongol et le Yassak le premier ouvrage de lois assurant la sécurité des femmes et des enfants dans le pays pendant les campagnes militaires. Il établit un systèmes de partages des butins et des biens en fonction du mérite et surtout il épargne et favorise les hommes qui possèdent des spécialités ou encore un savoir-faire comme les artisans ou les diplomates.

Devenus Khan de tous les mongols, il s'attaque alors au pays des Naimans, situé au nord-ouest, de l'autre côté des Monts Altai. Il s'attaque ensuite à l'ennemi de toujours, l'empire Kin qui se protège derrière sa grande muraille. Il envahira alors la Chine du nord jusqu'au fleuve jaune.

Il enverra son fils Jöshi, soumettre les tribus du Nord et de Sibérie, puis reprendra les conquêtes à l'ouest parmi les pays voisins du Kharzem, le grand empire Musulman qui domine en Asise centrale et jusqu'en Méditerranée.

Curieux et peu informé sur ce riche et mystérieux empire, il envoie alors 400 ambassadeurs parmi les nobles et les gens cultivés de ces terres.

Ces derniers étant considérés par un de seigneurs du Kharzem comme des espions seront exécutés sur le champ.

Gengis Khan furieux mobilise alors sont armées et sans se soucier des compétences militaires du Kharzem,l'envahit de toutes parts, isolant les villes les unes des autres. Dans celles qui se rendent les habitants sont graciés, par contre celles qui résistent, sont passées à feu à sang.

Ils lancent alors, ses deux plus brillants généraux jusqu'aux confins du kharzem avec l'ordre de ne plus s'arrêter. Ces derniers soumettront toutes les villes sur leur passage jusqu'à la mer Noire et reviendront par la Russie.

Gengis Khan meurt en 1227, alors qu'il repartait soumettre de nouveau les royaumes chinois. Tandis que sa dépouille est ramenée en Mongolie, les spectateurs qui ont le malheur d'assiter au convoi sont exécutés pour que l'annonce de sa mort ne soit pas révélée avant le moment choisi.

D'après le roman de Inoue Yasuchi, Le Loup Bleu, aux éditions Picquier Poche

 


Recettes mongoles

Écrit par Florence.

THE MONGOL

 

Ce plat se mange au petit-déjeuner. Les mongols appellent cela du thé, mais pour nous il s'agit plutôt d'une soupe.

 

Ingrédients:

  • du thé noir avec des herbes mélangée

  • de la farine

  • du riz

  • des restes de viande (facultatif)

  • sel / poivre

  • de la margarine.

 

Préparation:

 1. Faire revenir la margarine au fond de la casserole. Les mongols utilisent de la graisse de mouton ce qui équivaut au saindoux de nos grand-mères. Ne pas lésiner sur la quantité, les mongols mangent très gras pour supporter le froid hivernal...

 2. Une fois la margarine fondue, faire revenir le riz dedans et ajouter une bonne quantité de farine. Ajouter ensuite le thé, assaisonner et laisser cuire jusqu'à ce que le riz soit tendre.

 3. Ajouter les restes de viande selon envie.

 

Essayez au petit-déjeuner pour faire « pour de vrai »!!!

 

 

PLAT NATIONAL MONGOL

 

 

RSZ_360X270recette_mongole

Les mongols sont des nomades éleveurs. La base de leur nourriture se constitue de viande (mouton, chèvre, marmotte) et de laitage de yacks ou de juments. Étant donné qu'ils ne cultivent pas les terres, ils mangent très peu de fruits et légumes exceptés les carottes, les choux, l'ail et les oignons, des baies rouges et des pignons.

La cuisson se fait au feu de bois au-dessus du petit poêle qui sert également à chauffer la yourte.

 

Ingrédients:

  • des morceaux de viande de mouton avec toute la graisse. Si besoin, enlever les restes de poils de la bête au chalumeau!

  • du chou, des carottes et des navets coupés en gros morceaux.

  • des oignons, des pommes de terre et de l'ail entiers.

  • de la bière (environ 3dl.)

  • sel / poivre

 

Préparation:

1. Dans une grande casserole ou wook, mettre la bière. Un fois qu'elle bout, ajouter tous les autres ingrédients avec sel et poivre.

2. Recouvrir la casserole d'un couvercle et laisser cuire à l'étouffé le temps nécessaire.

 

Bon appétit!

 

 

 

Les Yourtes

Écrit par Zohra.

Pendant notre voyage, nous avons vus des yourtes au Kyrgyzstan et en Mongolie.

Ici, je vais vous présenter les différentes yourtes que j'ai pu découvrir, comment on les construit et aussi comment elles sont aménagées.

 

Tout d'abord, il faut distinguer trois grands types de yourtes:

1- Les yourtes pour les invités et/ou pour les touristes

2- Les yourtes d'habitation

3- Les yourtes-ateliers ou de stockage

1- Les yourtes pour touristes, ne sont pas de vrai lieux de vie, elle servent surtout à les accueillir et sont souvent joliment décorées, mais elles ne contiennent pas d'objets personnels. Ces yourtes servent surtout de chambre à coucher ou de salle à manger. On s'y sent un peu comme à l'hôtel.

Certaines fois ces yourtes n'ont même pas de poêle pour chauffer et n'ont qu'un seul pilier central.

2- Les yourtes d'habitation sont très différentes, car on y trouve toutes les affaires personnelles et habituelles des gens qui y logent. C'est comme lorsque l'on va dormir chez des amis.

Souvent on y trouve des lits pour s'assoir le long des murs de la yourte, des petits meubles pour ranger et un petit autel au fond de la yourte avec des photos de famille, des petites figurines de dieux ou de déesses et quelques fois des petits beignets ou des fromages secs.

On peut aussi y trouver de la viande ou des fromages qui sèchent suspendus aux perches du plafond. Nous avons même surpris une tête de mouton ensanglantée qui nous regardait d'un air abattu.

Au milieu de la pièce, entre les piliers (pour les yourtes mongoles), il y a un poêle à bois qui sert de chauffage et de cuisinière. Celui-ci est percé d'un gros trou où l'on pose une sorte de grosse casserole sans manche.

Au sol, sont posés des tapis par endroit sur plusieurs couches, pour dormir dessus quand il y a beaucoup de monde et que les lits ne suffisent plus.

Et en dernier lieux, il n'est pas rares de trouver une télévision reliée à une parabole et un panneau solaire. Une batterie de voiture permet d'avoir aussi une ampoule d'éclairage pour la nuit.

3- Les yourtes peuvent aussi servir pour stocker des réserves d'eau et de nourriture ou encore des outils ou du matériel.

Mais elles sont aussi utilisées comme ateliers. Par exemple, chez Nasa , un éleveur, il faisait des fromages, du beurre, du yaourt et de la vodka à partir de lait de yack et de chèvres dans une deuxième yourte.

 

Rsz_360_Nasa

Au marché d'Oulaan-Bator, une yourte était installée pour servir de mini-restaurant, avec deux petites tables et un mini-bar. On aurait dit un cabane pour enfants ou pour nains.

 

Pour finir je vais vous expliquer rapidement: Comment on monte un yourte.

a) Tout d'abord une personne tient les deux piliers centraux avec, la clé de voûte (appelée tunduk au Kyrkizstan).

b) Autour de lui on lève le mur, fait d'un treillis en bois.

c) Une deuxième personne tient la porte, qui sera toujours orientée vers le sud , en direction du soleil.

d) On enfile ensuite, les 4 première perches, pour équilibrer la clé de voute munie de trous pour les accueillir.

e) On resserre correctement le mur, puis on rajoute toutes les autres perches, qui viennent de la clé de voute, s'attacher de manière régulières au treillis.

f) Enfin, on pose sur le toit et contre les murs des grands pans de feutre qui feront l'isolation.

h) On couvre le tout d'un bâche en coton imperméabilisée. Cette dernière sera ligotée fermement par des cordes en poils de yack ou de cheval, tressés pour résister aux conditions extérieures.

 

Et voilà la yourte est terminée!

Les chevaux

Écrit par Zélia.

 

les_chevaux

Panden la promenade a cheval je suis tombé de cheval parse- que le cheval c'est enmélé dans les casseroles. Et c'est pour sa que vous voiyé les chevaux galopé. J'ai u un petit bleu et deux bosses.

Zélia.

(Pour plus de détails, bientôt le prochain article sur le site... Florence)

Record à battre

Écrit par Florence.

RSZ_360x270record__battre

Le 3 août, dernier jour de notre visa russe, nous arrivons à la douane mongole à 15h, accompagnés de deux français en tandem ( Adeline et Marc) rencontrés la veille. Après presque un an de voyage, expérimentés des postes frontières, nous espérons des formalités rapidement réglées, la douane étant petite.

 Nous rejoignons la file de voiture qui atteint le premier contrôle de sortie de Russie, celui des véhicules. Un douanier petit, blond aux yeux bleus nous demande alors le formulaire d'importation de Droopy, mais nous n'avons pas reçu de papier à notre entrée en Russie et les derniers documents du camion datent de l'entrée au Kazakhstan. Il nous demande alors les papiers d'importation kazakhes, mais ceux-ci nous les avons jetés puisque nous n'en avions plus besoin à notre sortie du pays.

Erreur fatale, nous nous en rendrons compte par la suite... Manque de chance nous sommes tombés sur LE douanier procédurier qui ne cesse de nous réclamer le même document en nous montrant un exemplaire vierge; celui que nous devrions avoir.

A cet instant, tout s'éclaire et nous comprenons dans quelle histoire abracadabrante nous sommes fourrés. Depuis le 1er juillet, la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan se sont unis économiquement. Notre blond aux yeux bleus s'attend donc que nous lui procurions le formulaire d'importation de véhicules valables pour les trois pays. Manque de chance, si nous sommes effectivement rentrés en Russie le 6 juillet, nous avons passé la douane kirghize-kazakhe en juin avant le début de l'unification, donc avec des formulaires d'importation de véhicules valables seulement au Kazakhstan, que nous n'avions aucune raison de garder.

Notre douanier déclare alors que Droopy est entré illégalement en Russie. Les tampons russes sur nos passeports attestent que nous nous sommes faits enregistrer à notre arrivée, mais Droopy aurait réussi le tour de force, avec sa stature de passer ni vu ni connu !!! Un peu tiré par les cheveux... Mais le fonctionnaire ne se démonte pas devant l'absurdité de son raisonnement. Il nous fait reculer pour nous garer dans un coin à l'ombre et aller téléphoner à la douane kazakhe leur demander de faxer les papiers de Droopy. Espoir... Mais Jacques se souvenant de la désorganisation kazakhe (quatre heures de temps à faire tamponner des dizaines de formulaires en cyrilliques) doute de l'issue de cette requête.

 L'attente commence alors avec l'obligation de rester à l'intérieur du camion, et nous ne nous douterons pas à cet instant pour combien de temps... A 17h, nous prions Adeline et Marc de passer en Mongolie, mais ils tiennent à rester avec nous par solidarité. Un instant plus tard, notre blond aux yeux bleus, un brin sadique, revient nous prévenir que s'ils ne reçoivent pas la réponse kazakhe ce soir, nous devrons ressortir de la douane et attendre le lendemain le fax. Nos visas seront alors échus et nous devrons payer une amende. La situation s'améliore....

Les heures continuent de défiler pendant lesquelles Jacques tente de clarifier la situation, de prendre d'autres personnes à partie, de négocier, mais sans succès.

Pendant ce temps, lassés de nos petits jeux passe-temps, nous décidons de couper les cheveux de Marc avec notre nouvelle tondeuse. Il ne sera pas au moins resté pour rien. Marc s'assoit à l'extérieur sur un tabouret, Adeline sur le pas de la porte et elle commence à tondre. Juste à ce moment-là, notre copain-fonctionnaire se souvient avoir vu deux personnes supplémentaires dans notre véhicule et il vient justement leur demander des explications. Nous devons tous faire un effort surhumain pour ne pas éclater de rire devant le tableau que nous avons sous les yeux. Marc, la tête à moitié tondue, des cheveux plein les épaules tente d'expliquer en russo-anglais que leur tandem a une pièce cassée et que c'est la raison pour laquelle ils traversent la frontière avec nous. Le douanier, aucunement déconcerté par la scène écoute avec attention puis retourne dans son bureau.

19h30, toujours pas de fax et notre blond aux yeux bleus change de vocabulaire. À présent nous avons commis un délit!! Il nous demande de retourner en Russie car il est interdit de dormir dans l'enceinte de la douane. Cette fois-ci nous forçons Adeline et Marc à passer en Mongolie avant que la douane ferme. A 21h. nous acceptons finalement de sortir conscient que de nous obstiner à notre tour n'arrangerait rien. Nous bivouaquons devant la douane ayant heureusement assez de provisions pour manger ce soir.

 Le 4 août, nous sommes réveillés tôt, mais devons encore patienter deux heures avant l'ouverture des grilles. A l'intérieur de la douane, le personnel a changé. Nous devons expliquer à nouveau notre situation, mais nous avons un espoir car c'est une douanière qui remplace notre copain de la veille et elle parle anglais... On nous renvoie nous garer dans notre petit coin toujours avec la consigne de ne pas sortir du camion. Les enfants sont tout heureux car ils ont le droit de jouer à la Nintendo et à l'ordinateur.

Aujourd'hui, nous changeons de tactique, je vais négocier de femme à femme en faisant jouer la corde sensible. Nous devons continuer d'attendre, mais la douanière est bien plus sympathique; elle me promet que nous sortirons aujourd'hui et que nous n'aurons pas d'amende à payer. Quel bonheur. Ce n'est tout de même qu'à 15h qu'elle vient nous chercher pour aller discuter dans le bureau des grands chefs. Ah quand-même, depuis le temps que nous les réclamions ceux-là. La réponse kazakhe est enfin arrivée, magnifique tout va s'arranger. Sauf que... le fax affirme que Droopy n'est jamais entré par cette douane. Nous tombons des nues et un bref instant je m'angoisse. Il s'agit à présent de confronter notre parole contre la leur sans savoir quelles sont les conséquences d'une importation illégale de véhicule en Russie... Il va falloir être finaud... S'ensuit alors un simulacre d'interrogatoire, sûrement pour vérifier que nos déclarations concordes. Nous nous prêtons néanmoins au jeu avec sérieux car nous comprenons que le réel problème pour les russes est que notre véhicule soit rentré dans le pays sans aucune trace écrite. Et c'est d'ailleurs sûrement la raison pour laquelle les douaniers kazakhes s'en sont lavés mes mains au cas où nous aurions commis un délit!! Nous voilà au coeur d'un vrai film d'espionnage. Je dois aller chercher les cartes routières pour montrer où nous avons passé les douanes; même si le nom est inscrit dans nos passeports. Jacques continue de négocier et finit même par dessiner un plan de la douane kazakhe avec les différents postes où il a dû se rendre avec Droopy. Quelle histoire! Au bout d'une heure, ils doivent quand-même finir par conclure que nous ne sommes qu'une gentille famille suisse en voyage dont la seule erreur est d'avoir jeté trop tôt un formulaire. Et bien voilà, nous sommes d'accord! Jacques doit quand-même encore écrire en anglais une lettre explicative que la douanière traduit en russe et enfin ils nous remplissent et tamponnent une formulaire de sortie de Droopy.

 Nous nous hâtons de tout ranger dans la cabine arrière du camion et reprenons notre place dans la file de voiture. Contrôle des véhicules tout est en ordre, contrôle des passeports, la fonctionnaire constate évidemment que nos visas sont échus. Notre accompagnatrice du jour lui explique la situation pendant que les chefs des deux contrôles se concertent par téléphone pour nous laisser passer. Leur entente prenant un peu de temps, on nous demande à nouveau de reculer pour attendre deux minutes. Aïe, nous sommes cette fois en plein soleil, heureusement que c'est en Sibérie! Au bout d'une demie heure, la moutarde me monte au nez. Je fais descendre les enfants pour qu'ils se défoulent dehors. Aussitôt un soldat arrive, je me mets en colère et l'avertit que les enfants joueront même si c'est interdit car cela fait plus de 24 heures qu'ils sont enfermés dans le camion. Il ne sait quoi dire, il soupire mais nous laisse tranquille visiblement mal à l'aise de cette situation. Peu de temps après, la douanière arrive avec un collègue des passeports nous annoncer que rien à faire nous devrons payer l'amende pour dépassement de visas; soit 90.- pour la famille. Je n'en crois pas mes oreilles et j'explose à nouveau. Je refuse de payer car nous étions à temps à la douane et que nos visas échus sont dus à leur incompétence. Je vois bien qu'ils sont embêtés et que la balle est dans notre camps. Néanmoins nous devons récupérer nos passeports tamponnés pour sortir de Russie. A nouveau ils nous demandent de patienter.

Il est 18h., deux heures après avoir réglé les papiers du véhicule nous en sommes toujours au même point. Incroyable! Jacques et moi échangeons un regard ayant eu la même idée. Il met le moteur en marche et se replace dans la file de voiture au niveau du contrôle des passeports. Le même soldat de tout à l'heure essaie de nous en dissuader, mais rien à faire nous bloquerons toutes les voitures qui veulent passer en Mongolie jusqu'à ce que l'on trouve une solution acceptable. Assez vite, six voitures sont immobilisées derrière nous. A nouveau un sous-chef se déplace et nous explique que la loi c'est la loi et que nous devons nous acquitter de l'amende. Nous refusons avec les mêmes arguments. Derrière nous la pression monte, une fonctionnaire de la douane mongole vient même voir ce qu'il se passe. Tout le monde nous demande de bouger. Zachary trouve cela assez drôle, mais nous sommes conscients que nous jouons carte double et que l'armée présente peut nous faire bouger de force si elle le désire. Au bout d'une demie heure, afin de débloquer la situation, nous proposons alors de payer l'amende pour nous les adultes, mais pas pour les enfants. Ils repartent réfléchir mais moins longtemps cette fois! Ils acceptent notre proposition et ce sont les deux douaniers mal à l'aise de cette situation, qu'ils avaient suivi depuis la veille, qui paient de leur poche l'amende des enfants! Nous bougeons Droopy et partons à la banque de la douane retirer de l'argent, mais il est 18h30 et la banque vient de fermer. Quand le sous-chef constate que nous ne pourrons pas utiliser le bancomat, j'ai cru qu'il allait défaillir!! Heureusement, nous avons toujours des dollars sur nous et payons notre part non sans avoir remercié les douaniers de leur geste.

 Et à nous la Mongolie après... 28 heures de douane russe.

 

Sur le bord de la rivière

Écrit par Zohra.

Pour aller et revenir de Nizhneangarsk, nous roulons sur des pistes au milieu d'une forêt très dense: « la Taïga ». Les pistes trouées et poussiéreuses salissent les voitures, et les arbres censés être verts sont beiges ou rouges en fonction du sable soulevé. A chaque fois qu'une voiture nous croise ou nous dépasse, les parents se musclent les bras en se dépêchant de fermer les fenêtres pour éviter que la poussière rentre dans Droopy. Le soir, malgré nos efforts la cabine arrière est pleine de poussière et nous devons en essuyer une grosse couche sur la table.

RSZ270routezoP1070888

 La Russie est le pays le plus grand du monde et nous n'avons qu'un mois pour la visiter et rejoindre la Mongolie. Pour cette raison, nous devons rouler beaucoup de kilomètres chaque jour et les parents nous permettent de jouer à la Nintendo. Nous écoutons aussi de la musique, nous dessinons, nous dormons et maman nous lit des livres. Bien-sûr, nous photographions les magnifiques paysages.

 Pour passer la nuit, nous préférons, si c'est possible, nous arrêter près d'une rivière. Mais dans la Sibérie, les moustiques sont nombreux et voraces: des grands à longues pattes, des taons, des petits qui traversent notre moustiquaire et même de minuscules moustiques qui attaquent aux yeux. Pour nous protéger dehors, nous devons mettre nos lunettes de piscine, des habits longs et une serviette de bain autour de la tête. Je ne remarque pas qu'un petit bout de mon front est découvert et les moustiques se sont bien régalés!

 A chaque pont que nous traversons, papa s'arrête pour voir si nous pouvons nous baigner. Un soir, en bas d'un pont nous voyons une petite rivière sur une plage de galets. Nous décidons de nous arrêter pour la nuit, mais l'eau est un peu trop froide pour se baigner. Le lendemain, Zachary fait une tour avec les pierres plates. J'ai l'idée de chercher les neocolores pour décorer les galets. Je dessine un arc-en-ciel, un poisson et des fleurs. Au moment de partir, nous déposons nos pierres dans l'eau et les dessins semblent s'animer.

Rsz270_dessinriv

(Cliquezsur la foto pour accéder à l'album! )

A Nizhneangarsk

Écrit par Zachary.

Lorsque nous arrivons à Nizhneangark, rien qu'à l'idée de devoir se baigner dans un lac extrêmement froid, Maman grelotte déjà ! Quand Kostik nous invite à nous baigner, son visage se décompose. Bien évidemment, elle reste complètement habillée, alors que nous sautons gaiment dans l'eau presque tiède. Tout ça juste parce que nos amis de Krasnoyarsk disaient l'eau de du nord Baïkal gelée. Ce qu'il ne savaient pas, c'est que la plage de Nizhneangarsk est peu profonde et très étendue. C'est pour cette raison que l'eau y est particulièrement chaude.

 Ensuite, Kostik nous conduit chez ses beaux-parents, où il loge pendant ses vacances. Il nous présente sa femme, Nastasia et sa fille de 6 mois, Alyssa. Sa belle mère, pédiatre au village, n'était pas enchantée à l'idée de notre venue. Elle craignait que nous apportions de méchants microbes exotiques au bébé. Ce dernier n'étant pas encore vacciné.

 Notre ami appelle ses neveux qui habitent juste en face. Ceux-ci sont un peu gênés de nous recontrer. Finalement, ils frappent à la porte. Mais seul Jura, le garçon de dix ans, reste face nous.

Vicka et sa soeur sont bien plus timides et essaient discrètement de se réfugier derrière la porte du salon. Un gros silence s'installe et même Zohra reste muette, contaminée par la timidité de nos jeunes hôtes.

 La situation est intenable pour Vicka qui s'éclipse en emportant sa soeur. Jura sans dire un mot s'installe alors devant la télévision.

 Le matin suivant, Kostik nous emmène à la plage, accompagné de Jura. Ce dernier joue plus avec lui qu'avec nous, mais nous sommes contents qu'il soit venu. En sortant de l'eau, il rencontre deux copains qui n'arrivent pas à croire que nous sommes des étrangers. Même Kostik aura de la peine à les convaincre. Effectivement les étranges sont rares à Nizhneangarsk. Dans le centre d'information touristique personne ne parle anglais, car les touristes de ce petit villages sont uniquement russes.

 Les jours suivants, Jura m'invite chez lui. Nous jouons aux échecs et à l'ordinateur. Pendant ce temps Vicka sort avec sa copine Sacha et Assia m'espionne par l'entrebâillement de la porte. Quand j'ouvre celle-ci, la petite se cache derrière ses mains.

 

RSZ360echecs

 Le soir Kostik Nous proposese de faire une excursion aux sources chaudes qui se situent à 80km du village. Jura décide de nous accompagner. Cette fois, Vicka et Sacha viennent avec nous. Pendant le voyage, Zohra et Sacha sympathisent immédiatement et deviennent bonne copine.

 Aux sources chaudes, nous pouvons nous baigner dans trois grands bassins. Deux sont à trente degrés et le dernier est bien trop bouillant pour y tremper les pieds. Seuls papa et Kostik s'y risquent, mais n'y restent pas bien longtemps. Ce dernier nous a raconté, qu'à nouvelle an il s'y est baigné, alors qu'il faisait -30°C dehors.

 De retour à la maison, Jura sort son vélo bleu, et Zélia, ravie, se jette dessus pour faire de longs tours dans le quartier. Plus tard, papa décroche notre vélo pliable et nous pouvons aller nous promener ensemble. En début d'après-midi, pendant que papa répare Droopy, avec l'aide de tous les voisins, nous nous dérobons avec Jura et visitons une maison en construction. Bien sûr, je n'en ai pas touché mot aux parents et je me demande la tête qu'il vont faire en lisant mon texte.

 En tout cas, j'aimerais bien revenir à Nizhneangarsk dans quelques années.