Itinéraire

01tourdiapo2

pnglogocouleur300dpi50x85Les 1001 Bornes apnglogohugo300dpi50x85apnglogohirondelle300dpi50x85apnglogopapillon300dpi50x85pnglogoVerdastelo300dpi50x85apnglogo2bornedorcoupe300dpi50x85apnglogofleur300dpi50x85028borneGland60x40pngdroopyfilm300dpi50x85                     

Derniers commentaires

  • Gravatar Le dessin mignon arrière de ma maison, Zelia! avec quelques traits et couleurs que vous avez laissé un souvenir chaleureux
  • Gravatar Chère petite Zélia, que cela doit être doux pour Droopy d'entendre ce cris de tendresse! Garde cette spontanéité à ton
  • Gravatar Danseuses dans un patio andalou ! Quelle grâce et quel rayonnement ! A vous la vie !
  • Gravatar ! Pero que listita es mi chica! Lo que habreis aprendido, sin duda, es que todas las acciónes tienen sus consecuencias ( bue
  • Gravatar Comme je comprends ta lettre Zélia! Droopy, c'était un membre de ta famille, celui qui vous a porté sur les routes du mond
  • Gravatar Mi skribas por deziri al Zelia felicxan naskigxdatrevenon!!! Cxion bonan, kara knabineto!!! Mi sauxdadas vin!!! Kisojn!!! Eid

Retour au point de départ

Écrit par Zachary.

Aujourd'hui, nous quittons Vesso et sa maman, avec un petit pincement au coeur,car Lili est une chouette grand-mère qui cuisine de bons petits plats. Nous partons car le froid et la neige, qui nous rattrappent, risquent de geler l'eau de nos réservoirs. Sur le début nous claquons un petit peu des dents, mais nous nous réchauffons rapidemment, grâce notre chauffage avant, qui vrombit comme un avion à réaction.

Malgré ça, quelques instants plus tard, il nous faut quand même quitter la douillette banquette arrière, pour une visite dans le froid. Mais, à la grande joie de Zohra la première église que nous visitons, à Azenovgrad, est au bord d'un précipice. Comme d'habitude, elle a envie de courir sur les remparts, mais les parents le lui interdisent. C'est vrai que le vide est très impressionnant, et vu qu'il n'y a pas de barrière, je me cramponne aux parois, en me répétant : " Surtout ne pas regarder en bas, surtout ne pas regarder en bas..." Par contre, depuis le sommet,  nous sommes récompensés par la vue sur l'église et sur la vallée.

RSZ203x270_monastre

A Bachkovo, notre deuxième visite, est un monastère.  Tout de suite, mon regard de super photgraphe repère dans la cour,  la fontaine gelée. Je me précipite pour prendre des photos.
Ma première photo est ratée...j'entends un cri lointain. Ma deuxième photo est floue...j'entends quelqu'un vociférer en bulgare. Yeees ma troisème photo est réussie...Un gars, les sourcils froncés, l'air très fâché me regarde, en pointant mon appareil du doigt. Maman me dit alors : C'est le gardien qui t'interdit de prendre des photos. J'éteinds, immédiatement mon appareil et le range sagement dans sa fourre. Nous entrons dans la chapelle où les visiteurs font la queue pour prier la vierge Marie et allumer des petits cierges. D'ailleurs il en brûle tellement que les plafonds et les murs sont noirs de suie.
En ressortant, avec papa je contourne la chapelle. Tiens... il n' y a personne, pas de gardien...pas de témoin, sauf une brebis qui ne pourra pas moucharder. Je ressors mon appareil et prends quelques clichés uniques pour mes lecteurs assidus.
A la tombée de la nuit,  avec Droopy, nous avons rejoint , Ardino. Comme quelques visites sont prévues pour le lendemain, nous nous couchons de bonne heure.
Soudain, au milieu de mon joli rêve, surgit une grosse tête de Diable rouge et poilu, m'appellant par mon prénom : " Zachary, Zachary, ZACHARY... Allez, vite, vite... il neige... faut qu'on se bouge rapidement..."
C'est donc à demi réveillé que je m'habille et me traîne sur la moelleuse banquette arrière, où les filles sont déjà assises entrain de s'étirer et de bailler, comme des hippopotames.
Droopy aussi est réveillé en sursaut. Par trois fois papa doit le faire démarrer. Sur la route, nous roulons à peine 30km/h. Pour la montée ça va bien, mais pour freiner dans la descente, sur le sol enneigé, c'est beaucoup plus difficile.  Mais voilà qu'une plaque de glace vient compliquer l'affaire. Papa perd le contrôle et Droopy se met à glisser en direction du fossé côté falaise. Heureusement, mon papa, c'est le plus fort,  du coup avec quelques petits coups de freins et un gros freinage un peu plus long, il arrive à arrêter Droopy à un mètre du fossé, mais l'arrière du camion, se met en travers de la route.
Papa dit : OUF!!! Mais on même moment nous entendons tous BOOM!!! La voiture qui suivait a également perdu le contrôle, sur la même plaque de glace, et n'a  pu éviter Droopy!!!
Comme l'accident est en plein virage, papa et l'autre conducteur, se mettent à courir en faisant plein de signes avec leur bras, pour éviter de nouveaux accidents. C'est rigolo, mais je n'ai pas trop envie de rire, et encore moins de filmer la scène.

RSZ203x270_accident

Très rapidemment la police arrive sur les lieux, mais la suite je ne peux pas vous la raconter, car les parents nous refilent la game-boy et les nintendos pendant qu'ils remplissent je ne sais quels papiers bizarres.
 

Quand je sort de mon état d'hypnose nintendo-maniaque, nous sommes de retour à Plovdiv, chez Vesso, notre viel ami du Goulet. Rien de mieux qu'un ami sur qui on peut compter pour faire réparer le feu arrière et la boîte de rangement des instruments de panne. Et surtout quel plaisir de retrouver Lili et ses bons petit plats de grand-mère.

 

Chichou Viki

Écrit par Zélia.

Chez "chichou Viki ", (oncle Viki), c'était chouette parce quîl y avait les hamstersSurprised

Et aussi parce qu'il y avait des dessins animés sur son ordinateur. Kiss

Dans ce dessin, Zachary et Zohra demandent à Victor:

- Est-ce qu'on peut jouer avec les hamsters?

Victor répond :- OUI

 

Chez_Victor

 

 

 

L'alphabet cyrillique

Écrit par Zohra.

En Bulgarie, on utilise pas le même alphabet qu'en Suisse. Chez nous on écrit avec des lettres latines, mais les bulgares utilisent l'alphabet cyrillique qui a 30 lettres.

J'ai appris un peu d'alphabet cyrillique parce que dès notre arrivée en Bulgarie ça m'a amusé de déchiffrer les panneaux routiers. Les panneaux les plus importants sont écrits dans les deux alphabets alors je pouvais comparer les lettres. Ensuite, comme nous avons rencontré à Sofia des amis de papa et maman (Victor et Tzvetina) qui parlent aussi très bien français, j'ai pu poser des questions.

 

RSZ270X203_lalphabet_cyrillique

Un jour nous sommes allés à la montagne avec un autre copain de papa (Pepino). Je lui ai demandé comment on écrit mon prénom, mais il s'est trompé car il m'a fait écrire Zohra avec un « x ». C'est Tzvetina qui m'a expliqué plus tard comment l'orthographier: Zohra - Зора

Puis, j'ai cherché comment on écrit les prénoms de la famille:

Zachary - 3акари

Zélia – 3ия (« ia » se traduit par le «R » à l'envers).

Florence - Флорaнc

Jacques - Жак

Mais j'avais envie de pouvoir lire plus, alors j'ai demandé à Tzvetina de m'écrire tout l'alphabet cyrillique avec les sons qu'ils font et les lettres latines.

 

Et vous savez quoi ? Maintenant, comme je suis celle de la famille qui connaît le mieux l'alphabet cyrillique, les parents me demandent de lire et de traduire les étiquettes du supermarché !

 

RSZ270X203_lalphabet_cyrillique2

 

Rien qu'un peu de boue

Écrit par Jacques.

Et oui, même nous, avons encore un peu de peine à y croire!

Nous voilà enfin tous récompensés. Nous, pour le boulot consacré, ses dernier jours, à la réalisation de ce petit film, et vous tous qui nous lisez pour votre assiduité et vos encouragements à faire de ce voyage et travers ce site, une expérience particulière et partagée.

Ne vous gênez pas, pour faire des commentaires, pour en redemander, pour nous conseiller, pour nous critiquer..., car c'est notre premier petit film. Zachary est l'unique caméraman de ce film, sans lui le film aurait tout bonnement été impossible. Nous ne connaissions absolument rien quant à la réalisation de films, mais notre apprentissage sur le tas, nous donne  l'envie de récidiver en apportant des améliorations avec l'expérience.

De tout coeur.

Escale gastronomique

Écrit par Florence.

RSZ360x270_escale_gastronomique

Après trois mois de voyage, nous nous octroyons une escale en Bulgarie chez des amis de longue date; Victor et Tzvetina. Nous profitons de leur appartement en plein centre ville de Sofia pour nous sédentariser deux semaines. Si nous dormons toujours dans le camion garé en bas de l'immeuble, nous pouvons néanmoins profiter dans le logement de Victor et Tzvetina de la douche, de la cuisine, de la machine à laver et de l'installation Wi-Fi.

Victor est chef-cuisinier et nous concoctent des plats délicieux dignes d'un grand restaurant. Notre périple – aventure se transforme alors gentiment en voyage gastronomique... Je profite également à mon tour de leur four pour cuisiner des gratins et gâteaux que nous ne pouvons pas cuire dans le camion.

Les jours de pluie, assez nombreux dernièrement, les enfants regardent des dessins animés sur l'ordinateur de Victor, jouent avec les hamsters de Sibérie et élaborent des bricolages de Noël. Étant donné que nous avons plus de temps libre, nous nous concentrons aussi sur les cours d'école des enfants.

Les jours de beau temps, nous visitons bien-sûr la ville. En compagnie de Victor, nous passons par des quartiers inconnus des guides touristiques pour nous rendre dans différents endroits et visiter entre autres: le grand Marché de Sofia aussi appelé le marché des femmes qui est le moins cher de la ville; les mandarines s'achètent à 0,70CHF le kilo.

L'éblouissante grande cathédrale orthodoxe Alexandre-Nevski et l'église orthodoxe Sveta Nedelya qui mérite le détour puisqu'à cet endroit a été commis, par des membres du parti communiste bulgare au début du 20ème siècle, l'attentat terroriste le plus meurtrier du pays.

En compagnie d'un autre ami et de ses enfants, nous sommes également montés sur le domaine skiable de la montagne Vitosha aux environs de Sofia pour espérer voir la neige. Malheureusement, le redoux de ces derniers jours a fait fondre le léger manteau blanc qui recouvrait la montagne fin novembre.

Mais nous avons déjà ouvert quatre portes du calendrier de l'Avent et le froid va inévitablement finir par arriver à Sofia. Nous devons donc penser à reprendre prochainement notre route en direction de la Turquie.

 

Sous le joug et la poussière.

Écrit par Droopy.

La Roumanie, la Roumanie...bla,bla,bla. Je vais vous dire, moi, comment c'était la Roumanie!
1200 km en 7 jours, à cavaler, comme une bête de somme. Le gros a vite pris le pli à me traiter comme du bétail. Et après, c'est les grandes tirades sur les animaux et la liberté!!!


Pendant que le gros et la petite famille vont visiter les églises et dame nature, moi,  je bouffe de la poussière sur des routes de montagnes, je m'arrache les sabots sur le bitume écorché, je manque à chaque virage d'écraser de pauvres animaux de toutes sortes et sans défense. Et quand vient la nuit, j'écarquille mes yeux pour éviter les nids de poules, j'exorbite ma vue pour percer les ombres mystérieuses, en  anticipant les risques  d'accidents mortels avec de funèbres charioles ou de lugubres carcasses d'animaux trépassés.


Non, la Roumanie ce n'était pas de tout repos pour un véhicule, comme moi,  venant de la ville et ayant grandi en Suisse. Où les routes, aux glissières rassurantes,  à l'asphalte lisse sont comme d'immenses toboggans, réservés aux nobles destriers vrombissants et interdits aux vulgaires bêtes à poils et à plumes. Difficile de s'habituer au mélange lorsque l'on a été éduqué,comme moi, dans l'apartheid du goudron...Et pourtant, comment ne pas faire de concessions, si l'on veut connaître une fois dans sa vie, la richesse des grands espaces et rencontrer la diversité des espèces qui s'y cachent.


Pour seul répit, j'ai eu droit à une  petite halte, sur un volcan, où l'on m'a fait la toilette intérieure, en me laissant tout aussi sale à l'extérieur. Recouvert de transpiration et de poussière, je n'ai pas vu l'ombre d'une brosse, ou d'une éponge, sur ma belle carrosserie, pas même un mouchoir humide pour me décrotter le coin des phares!
Non, franchement de qui se moque-t-on? Quand vous vous lavez, vous remettez des habits sales, vous?  Ben, les 5 sans on peut se demander, car depuis l'Allemagne, je n'ai toujours pas eu droit à une seule douche! La honte, même les tziganes, nous regardent bizaremment, et si vous croyez que c'est à cause des plaques suisses, c'est bien parce que votre égo vous aveugle.
Finalement, dans une station service, un autre jour, le gros, en me voyant parmi les autres véhicules, n'a plus pu faire l'oeil aveugle. C'est alors que,  j'ai eu droit à une mini-toilette des yeux, phares et vitres. Je ressemblais à une demoiselle trahie dans ses pleurs par les traînées noires de mascara sur son blanc visage. Sauf que moi, c'était pas du mascara, mais de la BOUE, des trainées boues qui coulaient le long des portières et du capot. Et, là pas de photos, rien! Qué nénni! Les photos, c'est pour les volcans de BOUE, moi, je peux toujours m'erreinter dans la gadoue, à traîner la chariole, je pourrais même disparaître dans la bouillasse sans que l'on aperçoive mes efforts. Je ne demande  ni monument, ni statue, pas même un écriteau, mais de là, à passer dans l'oubli sans la moindre ligne, sans le moindre remerciement...Belle mentalité, c'est gratifiant!


Constatez par vous-même, la seule photo valable où je suis l'objet principal, je ne suis que le reflet de moi-même!

refletdroopy

Cliquez sur la photo, pour accéder à l'album !

Je vous assure, même les animaux, me regardaient avec pitié, certains sont  venus à même la route pour me témoigner leur compassion. Ils me regardaient avec leurs grands yeux, sans bouger, sans cligner, ahuris de me voir ployer sous l'effort, toutes tractions sorties pour amener mes compagnons, jusqu'au bout de la route. Là, où l'asphalte ne repousse plus, où le chemin ressemble à un champ de bataille dont les divers combattants,  cailloux, terre, herbes et eaux se battent pour la conquête du sol.

Ce qui est sûr, c'est que nul camping-car n'a pénétré ces terres désertes, sans bruits de moteurs. Il m'a alors fallu faire appel à la bête qui someille en moi-même pour survivre parmi les animaux hagards qui peuplent ces chemins inconnus aux véhicules à moteurs. Autant de symboles annonciateurs d'un futur proche qui m'attend dans ce vaste monde, où les routes ne sont que les maigres fils du destin d'un Droopy oublié.


Alors, ténébreusement, je pense à Rossinante, portant Don Quichotte, et pour me réconforter, je me dis vaillamment :

" Qu'importe l'Histoire,pourvu qu'elle mène à la Gloire"

Sur les terres de Dracula

Écrit par Zachary.

Qui est Dracula? Personne ne se pose la question. Bien sûr, Dracula c'est le fameux vampire qui vit dans un grand château. Et après?

Dracula

Voici, ce que j'ai  découvert en visitant...la Transylvanie! Tout ça a commencé quand nous visitions, la ville médiévale de Sighisoara. Malgré le soleil de ce début d'après-midi, il y avait dans les rues désertes quelquechose d'inquiétant. Au-dessus de nous, planaient, dans toute la ville, de grosses corneilles qui nous observaient comme si nous étions leurs proies. Certaines d'entre elles, depuis la croix de l'église, nous lançaient des croissements sinistres.


Près de la vielle école, perché au sommet la ville, l'ancien cimetière nous attendait patiemment.  Assombri par les arbres, envahi par les ronces, un chemin tortueux nous menait à travers les tombes. Parmi celles-ci, certaines étaient encore ouvertes...Peu rassurés nous sommes ressortis précipitemment de cet endroit lugubre.


Nous étions si apeurés que nous avons dévalé en courant le sombre escalier couvert qui menait à la place centrale. Je ne me retournais qu'une seule fois pour m'assurer que maman suivait toujours. 150 mètres plus bas, au coin de la rue, essouflés, nous nous remettions de nos émotions, c'est alors que papa releva la tête, et sursauta. Incapable de prononcer un mot, il montrait du doigt un panneau écrit en trois langues : " Ici est né Vlad Tepes, alias Dracula".


Ne vous moquez pas, Vlad Tepes a vraiment existé, c'était un prince sanguinaire. D'ailleurs "Tepes" veut dire l'empaleur, car Vlad aimait le sang et avait l'habitude d'empaler ses ennemis.


Après cette visite, quelques jours plus tard, les parents ont cru bon de nous emmenés dans son château. Bien que le château soit, lui aussi perché en haut d'une colline, surplombant la ville de Bran, il est pourtant moins inquiétant que Sighisoara. D'ailleurs la foule de touristes, roumains ou étrangers, associée aux petits magasins touristiques enlèvent un peu de charme à la visite.


Mais, quelle surprise, lorsque  l'on pénètre dans ce château aux nombreuses boiseries chaleureuses. Malgré sa petite cour un peu oppressante, le  visiteur est rapidemment séduit par le confort qui règne dans chacunes des pièces.

Tout d'abord, on imagine facilement, le visiteur se réchauffer auprès d'un poêle ou d'une cheminée accueillante, puis se faire servir un bon repas par un majordome empressé. Ou alors, prendre l'air sur une des terrasses ensoleillées, lire un livre allongé sur une peau d'ours moelleuse, écouter une douce mélodie de piano. Et pourquoi pas faire une dernière partie de   1000 bornes avant de s'endormir dans un lit douillet. Sans songer un instant que derrrière le mur se cache un passage secret par lequel pourrait venir,dans notre sommeil, nous surprendre le comte Dracula.


Exercice de style :

Idées et réalisation : Zachary.   Conseils et améliorations : Papa

N'oubliez pas de cliquez sur Vlad pour accéder au photos!!!