Itinéraire

01tourdiapo2

pnglogocouleur300dpi50x85Les 1001 Bornes apnglogohugo300dpi50x85apnglogohirondelle300dpi50x85apnglogopapillon300dpi50x85pnglogoVerdastelo300dpi50x85apnglogo2bornedorcoupe300dpi50x85apnglogofleur300dpi50x85028borneGland60x40pngdroopyfilm300dpi50x85                     

Zachary || Créatif, sensible et observateur

Le Cocon d'Or

Écrit par Zachary on 23 janvier 2012.

La traversée de la Chine en vitesse a rendu impossible la visite de Xian, la ville du départ des routes de la soie. Le Laos et sa capitale, Vientiane, sont alors devenus notre nouvelle destination.

Nous avons trouvé, dans cette ville, la plus grande, la plus belle et la plus remplie de toutes les alliances françaises de notre voyage. Pendant que je lisais, dans cette dernière, les parents ont rencontré, Philippe, un immigré français, qui dirige une ferme de sériciculture.

C'est donc, après avoir fini nos réparations, ou plutôt les réparations de Droopy que nous avons cherché l'atelier de sériciculture.

Après trois demis tours et cinq impasses (je n'étais pas très bien réveillé ce matin là, d'habitude, je fais mieux.), l'entreprise c'est dressée devant nous.

Dans cette dernière, Mohaï, la fille de Philippe a décidé de nous faire visiter. Malgré le fait que son père ne lui ai jamais parlé en français et toujours en laotien, elle se débrouillait plutôt bien grâce aux cours de français quelle a suivi à l'alliance française.

Elle a commencé par nous montrer les vers à soie et leurs cocons. Les vers avait à peine trois jours et Mohaï nous a joyeusement prévenu que nous étions chanceux, car trois jours plus tôt nous n'aurions pas pu les voir. Malheureusement, cette entreprise n'élève pas les papillons. Elle achète directement une plaquette de vingt mille œufs qui pèse deux cents grammes et elle s'occupe seulement des vers à soie.

La pièce suivante était traversée par une centaine de fils de soie, presque invisibles, que notre guide à bien pris soin d'éviter. Son détour nous a un peu étonné, et pour arriver jusqu'à elle, nous avons tous marché droit dans sa direction. Évidement, toute la famille s'est prise dans les fils, sauf Zélia qui est passée en dessous, et qui a regardé ses ainés se débattre, tout en riant avec la guide. Une fois démêlés, nous l'avons écoutée nous expliquer la fonction de la salle, qui sert à dévider les cocons et à les transformer en bobines de fils. C'est ainsi que nous avons appris qu'il fallait de 30 à 80 fils, en provenance des cocons pour faire un seul fil suffisamment gros pour le tissage. Pour les tissus fins, comme les foulards 30 à 40 fils peuvent convenir, mais pour des draps ou de belles robes, il en faut 80.

 

le_cocon_dor

Cette entreprise a aussi un réseau d'employés locaux. Dans la salle suivante, des menuisiers sciaient du bois, et construisaient des métiers à tisser. Ils seront envoyés dans le nord du Laos, dans des villages, pour des tisseuses qui travaillent à domicile.

Après ça, nous sommes ressorti de l'entreprise et, c'est en plein air qu'une vingtaine de travailleuses tissaient à l'ombre d'une grande natte. La plus part d'entre-elles faisaient de long tissus, mais quelques autres tissaient des mitaines et d'autres petits habits. Ceux-ci seront envoyés à Caritas qui les vendra en Suisse pour gagner des fonds pour les pauvres.

Sur le paquet des mitaines, il y a un petite étiquette signalant que tout est fait entièrement à la main, ce qui est vrai, les employées vont jusqu'à coudre les étiquettes à la main.

Ensuite, Mohaï nous a montré son petit magasin. Et là, maman s'est mise à sautiller devant chaque objet, et ses yeux brillaient tellement que l'on ne voyait plus ses pupilles. Ensuite elle a supplié papa et ce dernier a regardé les prix nouvellement avant de céder en soupirant. Du coup maman est sortie en dansant du magasin avec deux abats-jours pour lampe et une écharpe, dans ses bras, et un sourire rayonnant sur son visage. Papa, lui avait une tête un peu déconfite et le porte-monnaie bien allégé en se disant qu'après tout il fallait bien fêter la fin des routes de la soie.


Zachary Gravatar   12.02.2012 02:22
Réponses Oui Non @ Araceli : Très intéressant, je ne connaissais pas l'existence de cette matière!
@ Maki-Maki : Salut mec! Je pense que je vais faire la même chose que toi, et j'accrocherais la photo au plafond de ma chambre! ;D
@ Nerita : Nous, nous avons juste vu le dévidage à la machine, mais il parait que dans d'autres fabriques ils le font à la main!
@ Matuteram : J'ai un peu exagéré dans mon texte pour que ça donne bien, en faite papa était très content d'offrir des diamants à maman.
@ Ana : Non, maman ne connait pas ce livre, elle demande le nom de l'auteur.
@ Mamy Jeanne : Les asiatiques du sud-est sont très habiles pour les habits, ils ont aussi fait le Sarong de Zélia en 2 h sans essayages.
@ L'Avi : Oh non, après ton commentaire maman m'a harcelée toute la journée pour prendre des photos de mon nez, j'ai quand même réussi à la stopper en lui disant que je prendrais des photos de ses cheveux blancs! ;D
@ Caroline : Et bien maintenant tu t'y connais un peu mieux, même si mon texte n'est pas très documenté.
 
 
araceli Gravatar   09.02.2012 20:31
fibres naturelles Oui Non
Papa devrait être content, car il a échappé à l’achat du châle en laine cachemire, tout aussi beau, léger et cher. Je me rappelle de vous avoir fait parvenir quelques lignes sur cette fibre naturelle de 19 à moins de 12 microns obtenue à partir du duvet de poils fins qui double le pelage des chèvres de la région de Cachemire, en hiver. Les poils sont si fins qu’une chèvre ne donne à l’année qu’environ 150 grammes !
;)
 
 
tata banya Gravatar   05.02.2012 18:24
Maki maki Oui Non Salut Mec!
L'une de tes photos me fait passer des nuits blanches, celle du demi petit pain tout chaud, fourré de gruyère et de la vianda de Grisons. Hum...hum... je sens même le parfum. Je la ferai agrandir pour la regarder la fin de mois ou les finances sont maigres ou pendant le Ramadan
Ilal Aman
 
 
Nerita Gaiteiro Gravatar   02.02.2012 20:57
Mi chico, Oui Non los despistes para encontrar un lugar cuando se va en coche ocurren en las mejores familias y ademas , aunque no estuvieses muy despierto, hay tambien una parte heredada - de despistes digo- de tu tia-abuela que soy yo, asi que ni te preocupes. Como el Avi Jauma, yo tambien alimenté hace muchos años a los gusanos de seda con hojas de morera, vi como construian sus capullos, como salian las mariposas y como ponian sus miles de huevecillos. Decian que habia que cocer los capullos para poder hacer los hilos de seda pero nunca lo intenté.Leyendo tu explicación me doy cuenta el valor real que tiene un trabajo semejante.  
 
matuteram Gravatar   01.02.2012 14:48
une tête un peu déconfite Oui Non Dis à ton père de ne pas faire la grimace, car il a offert à ta maman un cadeau dont la production actuelle représente à peine un 0,18 % de l’ensemble des fibres textiles produites dans le monde, ce qui explique sa valeur, indépendamme nt de ses qualités intrinsèques et affectives !
C’était une sorte de diamant.
 
 
Ana Gravatar   27.01.2012 10:08
Oui Non Quel incroyable métier que celui que tu nous présentes-là! Il y a un magnifique livre qui se nomme "Soie" et qui raconte l'histoire d'un homme qui élevait des vers à soie. Il est très court et très beau. Demande à maman, elle l'a peut-être lu.
Plein de bisous à tous,
Ana
 
 
Vonaesch Gravatar   26.01.2012 08:52
Il faut 89 fils pour une robe Oui Non Salut mon grand
Et merci de nous faire partager ta connaissance au sujet de la sericiculture. Comme ta Maman quand j'étais en Thailande j'ai acheté de la soie ( on m'a même fait une robe en 24h, sans essayage), et elle allait super bien ( ils avaient pris toutes mes mesures), mais je n'ai jamais visité un atelier.
10000 bises à partager mais une toute spéciale pour toi
Mamyjeanne
 
 
jaume sans Gravatar   25.01.2012 15:28
Oui Non Querido Zacky
Qué suerte que vuelve a aparecer tu nombre firmando un artículo. Esperamos que continues y nos expliques muchas, muchas cosas. Si vosotros las explicáis, no tendremos que hacer preguntas indiscretas. Por ejemplo,¿ cómo te ientes al mirarte al espejo?.. ¿Acnés?...¿Rasguños?. No entendimos muy bien lo que nos contó Droopy del dragón. Las últimas fotos de Camboya no dejaban ver rastro ni de acnés ni de rasguños... Esperamos que no estén sometidas a retoques!
Tu narración sobre la visita a la empresa de fabricación de seda me llevó a épocas lejanas. Cuando éramos muy pequeños y lográbamos cuatro o cinco - qué poquitos,¿verdad? gusanos con intercambioos de cromos, TBBs, etc... ïbamos a coger hojas de morera, que los gusanos devoraban y así seguíamos el proceso: gusano, capullo, filamentos...Recuerdo que eran pegajosos, pero nunca nos dificultaros en paso!... Aquí se paraba todo y esperábamos al día siguiente!... Si hubiéramos pensado que se podía ver todo esto en grandes cantidades en Asia!
Gracias por tu relato y felicitaciones.
Vuelve a escribir pronto.
Besazos para ti y besos y besitos para que los repartas
L¡Avi y Beatrice ;);)
 
 
Caroline Gravatar   23.01.2012 19:15
Oui Non C'est vrai, Zachary, quand on pense route de la soie, on ne pense même pas à ces petits animaux qui nous permettent d'en acquérir. Et je trouve génial que vous ayez pu aller découvrir cette route sur sa longueur jusqu'à (presque) son départ....car Vientiane, depuis notre vieille Suisse, n'est pas très éloignée de Xian! Je connaissais le terme séricicult ure, mais je n'y connais rien aux vers à soie!!  
 
  • Gras
  • Italic
  • Soulignement
  • Barré
  • Citation
  • Smileys
  • :confused:
  • :cool:
  • :cry:
  • :laugh:
  • :lol:
  • :normal:
  • :blush:
  • :rolleyes:
  • :sad:
  • :shocked:
  • :sick:
  • :sleeping:
  • :smile:
  • :surprised:
  • :tongue:
  • :unsure:
  • :whistle:
  • :wink: