Itinéraire

01tourdiapo2

pnglogocouleur300dpi50x85Les 1001 Bornes apnglogohugo300dpi50x85apnglogohirondelle300dpi50x85apnglogopapillon300dpi50x85pnglogoVerdastelo300dpi50x85apnglogo2bornedorcoupe300dpi50x85apnglogofleur300dpi50x85028borneGland60x40pngdroopyfilm300dpi50x85                     

Jacques || Déterminé, perspicace et imaginatif

Soldaditos de Bolivia

Écrit par Jacques on 19 janvier 2013.

À une centaine de kilomètres de la frontière argentine, nous profitons de quelques jours d'accalmie pour nous reposer, près de Villa Montes.  Dans l'enceinte d'un parc naturel nous optons pour la piscine d'un petit hôtel, tenu par un Argentin. Notre périple en Amérique sent déjà le retour. Dans deux mois nous rentrons en Europe. Comme le temps passe vite !


Droopy a bien essayé encore une fois de nous mener en altitude, mais à 3400 mètres, ils nous a fait comprendre que les folles échappées à travers les montagnes et les déserts, n'étaient plus pour lui. Depuis, nous nous sommes raisonnés. Il nous faut avant tout durer et prendre notre temps. Laissant de côté la Bolivie de l'Altiplano, nous faisons maintenant irrémédiablement route vers le sud et l'ouest.

Nous aurons ainsi traversé, la zone dite rouge de La Bolivie, où transite la plus grande partie de la cocaïne vers le Brésil au nord et l'Argentine au sud, avant de rejoindre les ports de l'Atlantique et se diriger vers les marchés Européens et Nord-Américains. une vraie passoire où les contrôles policiers et militaires, bien que nombreux  ne sont qu'une mascarade et un prétexte avant tout de corruption. Pour qui veut passer, il suffit de lâcher prestement quelques billets et tout roule.

Les anecdotes parsèment notre parcours et vont de l'entrée illégale de Droopy sans réclamation sur 800 km, au réveil en pleine nuit par les policiers antidrogue, en passant par les discussions ridicules et sans objet sur les documents qui tantôt sont valables pour 48 heures ou tantôt pour tout notre parcours, quelques fois nous devons même réveiller le sergeant qui fait sa sieste pour qu'il nous ouvre sa barrière et d'autrefois simuler des dicussions sérieuses avec le syndicat des transports pour mettre la pression sur ces mêmes policiers pour qu'ils abandonnent leur tentatives d'extorcation. Nous nous ferons une seule fois arnaquer par la police sur le retour de monnaie pour le paiement d'un document et une autre fois nous ferons par contre négoce avec eux, sur leur demande, pour du change au noir entre pesos argentins et boliviens.

Pays chaotique, la Bolivie souffre énormément. Difficile de ratrapper ces années perdues durant lesquelles les gouvernements n'ont quaisment rien fait pour la population. Ici, malgré la grandeur du pays et ses richesses, tout manque. Si les routes ont été grandement améliorée sous Evo Morales, le combustible, lui, ne parvient que par intermittance en dehors des grandes villes. De même si dans chaque village le Plan Programma Bolivia a prévu l'installation d'améliorations publiques, comme les écoles, l'accès à l'eau ou à l'électricité, ses besoins précaires sont toujours insuffisants et la population réclame toujours et encore.

Il y a deux jours les villageois de Camiri ont bloqué notre route pour réclamer un hôpital dans leur localité. Cela fait partie du quotidien bolivien. Partout aux péages , lors des barrages de routes ou lors des effondrements de terrain, la population saisit l'occasion pour vendre quelques fruits, boissons, tortas ou empanadas. Femmes, enfants, jeunes et vieux tout le monde travaille pour gagner quelques malheureux pesos.

C'est certainement le pays où nous aurons vu le plus d'enfants travailler, encore plus qu'au Cambodge et certainement le pays ou nous avons aussi rencontré le plus de  mendiants. Derrière chaque dysfonctionnement, on sent cruellement le manque de formation qui paralyse le pays à tout point de vue. Tout le monde fait la même chose et personne ne sait rien faire. Cela se reflète même dans la vente et dans l'accueil du touriste ou tout simplement du client. On peut vous servir  à manger sans  vous servir à boire même quand il fait 35°. L'accueil est pour ainsi dire quasi inexistant. Comme si une fatalité s'abattait de toute part, ici on sourit rarement, on dévisage toujours. Et pourquoi en serait-il autrement quand ceux qui ont de l'argent sont soit corrompus, soit mélés aux narcotrafiquants. L'honnêteté est dès lors pauvre, soumise ou ignorante.

RSZ_Soldaditos_360

Et pourtant au vu des surfaces inhabitées, il doit y avoir pleins de coins magnifiques à visiter, mais comment les trouver, si rien ne les indique. Comment s'y rendre si l'on n'a pas le droit d'acheter du combustible avec des plaques étrangères ( sauf dans les grandes villes, à 2,5 fois le prix habituel). Tout ressemble à une comédie sans humour, dont même les représents de l'autorité croient à peine en leur rôle.

Une pathétique tristesse emplit notre bouche, comme ces boules de cocas, que l'on mâche amèrement. Et tout en ruminant, avant d'en recracher l'excès de salive qui vient noircir le sol poussiéreux  du quotidien, on se demande si l'exploit mérite la tentative ou si la résignation préserve des désillusions. Quoiqu'il en soit le silence et la patience font toujours bon ménage en Bolivie!

 

                                       (mis en ligne à Yacuiba, Bolivie)


tata banya Gravatar   08.02.2013 21:52
maki maki Oui Non Tu vois , le fatalisme est bon à quelque chose!Des années à mâcher les feuilles coca avant de descendre dans la mine , à la mort de la mère, à l’assassina t du fils , à la place du repas en attendant le grand jour de la justice et du partage des terres. Brave Evo , il y croit toujours
Ciao Gerrillero
Ilal Aman
 
 
araceli Gravatar   06.02.2013 14:02
un militar sin integridad es un fusil sin municion Oui Non Nous croyons au principe mathématique de l’addition et de la multiplication : « l’ordre des facteurs n’altère pas le résultat ».
C’est pourquoi, Nous, Pays Civilisés et des Droits de l’Homme, envoyons des chargements complets de munitions de toute sorte avec l’espoir de les voir revenir chargés d’intégrité; de cette intégrité dont nous avons aujourd’hui oublié l'apparence.

Cela pourrait s’appeler « Echanges Nord-Sud » ou « Echanges de bons procédés » ou comme le titre du poème de Goytisolo « érase una vez un lobito bueno »
Tendresse, mam
 
 
jaume sans Gravatar   02.02.2013 16:17
Oui Non He llegit amb molt d'interès el teu article.
Bolívia és un país que sempre m'ha interessat molt potser perquè
és un país d'on s'han tret moltes i moltes riqueses i no s'y ha
deixat més que la pobresa.
No m'estranya gens la corrupció. "Els occidentals han basat les seves relacions econòmique en
l'esplotació i la corrupció a grans quantitats. No m'estranya el narcotràfic. Eks occidentals són els grans compradors i "benficiaris". No m'estranya la ignorància Els colonitzadors van voler que ambiesssin la seva cultura i llengua milenàries i... ja veieu on han anat a parar.
El pitor de tot és que no sé pas com ens en sortirem perquè la corrupció, el narcotràfic i la ignorància... van creixent arreu
Una abraçada
Una altra de Beatrice
Una altra de tots dos
L'avi i Beatrice
;);)
 
 
Francoise Louis Gravatar   31.01.2013 14:50
salut Oui Non salut le barbu, je suis effaree:'(; ca fait bon.....6 mois que je ne vous avais pas vus au travers de cet instrument congru qu'est l'ordinateur) et voila que bientot, non, non,non, jene sais pas.... comment..... ca vous fait plaisir de retrouver ces terrains bien carres, les trams, tout ca quoi; moi je ne peux plus c'est fini; je ne suis plus une globe trotter, j'aimerais l'etre plus, mais pas la bas (sauf dans les montagnes reculees, loin des gens tristes!!!) sorry pour l'enthousiasme!!! ! ici c'est comme ou vous etes l'ete a donf, des orages, mon moari a 1500kms de moi pour la plupart du temps, une peu de solitude c'est bien, trop ca devient angoissant! le boulot: tres chichemoute, je suis sur l'ordi toute la journee (j'adore!) a relire des documents etre sure que le boulot des autres se passe bien..... no comment; eet la mer, ah la mer a Pretoria... euh non y en a pas, mais des etendues d'herbes sauvages, des mines a ciel ouvert, ouvertes ou fermees (ou les plus ambitieux entreprennet de finir ce que les chercheurs d'or ont commence, mais s'y perdent ou bien sont retrouves sous une roche qui s'est faite la malle, et puis et puis!!! RIEN, rien du tou et rien a faire youpie ca fait du bien de l'ecrire; sorry j'allais oublier les townships au bord des autoroutes, dans les zones inondables de preference, 1/4 de la population qui souffre de famine! ben quoi, non y a rien a voir bien sur; c'est mieux d'avoir des oeillieres comme Jacob (Zuma) ses 5 femmes (+ les illegales) et sa mansion dans le trou du c... du monde qu'il a fait refaire (avec 5 maisons of course, une pour chaque femme, bref refaire aved les deniers publics et donc mes sous que j'ai gagnes a la sueur de mon front! ca me fait vomir et bien sur quand on prend des grades dans la tribu des corrompus, on oublie d'ou on vient et on dedaigne aller les visiter, ces townships de vraie merde ou les gens (mais oui des etres humains!) dorment a 15 dans le meme lit dans une piece 3X3 avec des murs en tole ondulee..... je veux une ile deserte vite!!!! bisous a tous les vous!!!! et a bientot de vous lire .. peut etre!!!!  
 
Vonaesch Gravatar   24.01.2013 09:58
Oui Non Merci de nous donner un aperçu de ce pays, et personnellement je suis contente que vous en soyez sortis surtout à cause de la corruption et de la drogue. Droopy a été le plus sage même si c'était sans le savoir.
Bisous à vous tous
Mmayjeanne
 
 
caroline Gravatar   23.01.2013 09:11
Oui Non C'est toujours révoltant et on se demande toujours ce que l'on peut faire nous, depuis notre petit chez nous, pour améliorer la vie de ces habitsnts....  
 
Nerita Gaiteiro Gravatar   20.01.2013 18:31
Instrucción Oui Non ...es "la bicha" para los pudientes. Quien aprende y sabe, piensa. Quien piensa, conoce la diferencia entre "lo que me dan" y " a lo que tengo derecho" ; protestan, no se dejan explotar- etc, etc, etc. Es siempre la misma historia. Y si aparece alguien con supuesto sincero deseo de mejorarles la vida, Aahhh ahí están los paises poderosos para amenazarle o quitarlo de en medio. Haría falta la varita mágica. Mientras tanto, se hará lo que se pueda para que no empeore, que no es mucho.  
 
  • Gras
  • Italic
  • Soulignement
  • Barré
  • Citation
  • Smileys
  • :confused:
  • :cool:
  • :cry:
  • :laugh:
  • :lol:
  • :normal:
  • :blush:
  • :rolleyes:
  • :sad:
  • :shocked:
  • :sick:
  • :sleeping:
  • :smile:
  • :surprised:
  • :tongue:
  • :unsure:
  • :whistle:
  • :wink: