Itinéraire

01tourdiapo2

pnglogocouleur300dpi50x85Les 1001 Bornes apnglogohugo300dpi50x85apnglogohirondelle300dpi50x85apnglogopapillon300dpi50x85pnglogoVerdastelo300dpi50x85apnglogo2bornedorcoupe300dpi50x85apnglogofleur300dpi50x85028borneGland60x40pngdroopyfilm300dpi50x85                     

Jacques || Déterminé, perspicace et imaginatif

Le Bonheur de l'Education

Écrit par Jacques on 30 septembre 2012.

Si le voyage fait souvent rêver nos interlocuteurs et réveille leur imagination et leurs désirs de découverte de notre planète, une des préoccupations principales reste la scolarité des enfants. « Comment faites-vous avec l'école ? » est certainement la question à laquelle nous répondons le plus souvent.

RSZ_270_BE1Sans vouloir, ni parodier, ni faire un grand traité, comme Rousseau dans « L'Emile ». J'aimerais, ici, partager cet aspect essentiel de notre voyage, car déjà lors de notre préparation, il s'est présenté comme un des moteurs de notre projet. En premier lieu, il faut séparer les deux aspects principaux de l'enseignement que sont l'instruction et l'éducation, et qui souvent sont confondues lors des discussions habituelles.

Celui qui semble inquiéter la plus grande partie des gens à trait à la scolarité et par conséquent à l'instruction de nos enfants. Pourtant, la plus intéressante et certainement la plus importante reste l'éducation qui n'est que rarement le sujet de grands questionnements.

La scolarité est une difficulté importante qui se doit d'être résolue avec succès pour qu'un voyage de longue durée offre aux enfants la possibilité de réintégrer le système scolaire, lors de leur retour. Mais cette difficulté est sujette à un cadre et à un programme défini par le DIP (Département de l'Instruction Publique) à Genève. ( A noter qu'en Suisse, il ne s'agit pas d'Éducation Nationale).

Il s'agit donc d'instruire nos enfants dans les matières requises en s'accordant aux objectifs. Bien que nous ne soyons pas des enseignants, et que par conséquent nous n'ayons pas les connaissance des méthodes et des techniques pédagogiques, il est vrai également que nous avons été élèves nous-mêmes et que par conséquent nous avons également acquis un savoir-faire que nous pouvons transmettre.

Hormis quelques rappels ou rafraîchissement nécessaires pour certaines notions oubliées ou novatrices, les champs enseignés nous sont donc connus. La difficulté principale est donc avant tout une question de rigueur et de discipline qu'il faut conserver sur l'ensemble du voyage.

Dans notre cas cette rigueur et cette discipline est matinale et dure environ trois heures et ce, sept jours sur sept. Les jours de congés et les vacances ne sont pas établis, car les imprévus et les activités extra-scolaires occupent d'elles-même une place importante. Le soir les enfants s'attèlent encore à la rédaction de leur carnet de bord pendant 15 à 30 minutes. Le deuxième volet de l'instruction qui regarde principalement les parents est de garder une bonne communication avec le système scolaire et ses enseignants pour faire face aux questions potentielles et pour s'accorder pour le passage des examens. Zachary passe ses examens par internet , Zohra et Zélia passent des examens en blanc qui nous permettent de les situer.

Voilà, en gros l'organisation mise en place pour résoudre la question de l'instruction qui se voit renforcée par l'avantage d'avoir deux professeurs pour trois élèves et par conséquent un suivi personnalisé. Nous ajouterons que les temps de lecture ne sont pas comptés dans l'horaire du matin.

RSZ_270_BE3

L'instruction, correspond donc en premier à l'apprentissage d'un savoir-faire indispensable pour se mouvoir en société et pouvoir se déterminer également fonctionnellement dans celle-ci. Ce savoir-faire est enseigné jusqu'à la fin de l'école obligatoire dans le cadre d'un tronc commun qui permet à chacun enfant d'établir une connaissance basique dans toutes les matières nécessaires à un développement social homogène. Par la suite, chacun commencera à déterminer selon ses aptitudes et ses intérêts un nouveau champ d'apprentissage dans la poursuite de son instruction.

Passons maintenant à l'éducation, qui lors d'un voyage comme le nôtre, peut s'offrir la part du lion et venir en sus compléter l'instruction par une approche de terrain. En effet, le voyage offre un terrain inestimable, en temps et en diversité, pour développer un rapport au savoir vaste et profond qui soit dit en passant incombe principalement aux parents et qui s'il peut être complété et renforcé par l'école n'est pas de son ressort principal. Ce dernier étant, comme dit plus haut l'instruction.

 Le rapport au savoir est mon avis la source principale d'une bonne éducation et se compose d'un trousseau de clés principales qui se combinant les une aux autres favorisent l'ouverture d'une éducation riche et variée. Nous avons déjà vu la première de ces clés, en abordant l'instruction, qui qui s'appelle le savoir-faire. Cependant l'école pourvoit à un type de connaissances spécifiques qui devront de toute manière être complétées parallèlement par un savoir-faire d'une part plus précis pour correspondre à emploi et également plus large pour donner à chacun enfant une polyvalence suffisante pour s'offrir un réel choix de possibilités d'emplois. Cette acquisition se fait le plus souvent de manière pratique, en dehors de l'école lors d'activités ou tout simplement à la maison dans la vie quotidienne.

Mais auparavant, il nous semble primordial de prêter attention à l'enfant en lui-même. C'est ici que le savoir-être est la deuxième clé qui permet à chaque enfant de se déterminer et de se comprendre en tant qu'individu. Il répond à des besoins philosophiques de première importance par lesquels les parents, comme éducateurs, amènent l'enfant à se connaître, à connaître ses qualités, ses défauts et à découvrir les intérêts, les plaisirs et les difficultés que la vie lui offre. Il s'agit de la partie la plus personnelle de l'éducation étant donnée que chaque enfant est différent par son caractère et ses aptitudes naturelles. Ainsi, on l'encourage à développer sa personnalité naturelle en premier lieu et à s'efforcer à vaincre ses difficultés. Stimulé dans ses aptitudes, il obtiendra rapidement des compétences qui augmenteront sa confiance et accompagné dans ses difficultés, il apprendra ainsi à faire face plutôt qu'à éviter des situations qui lui posent problème. RSZ_270_BE2

Le savoir-être englobe également l'utilisation des sens et des perceptions, la connaissance et l'apprentissage des émotions et la maîtrise du langage pour exprimer ses besoins et sa réalité. Pendre conscience de l'importance et de la maîtrise de ces aspects sont essentiels pour le développement des enfants. Cet apprentissage se prolonge tout au long de la vie, mais doit être commencé dès le plus jeune âge. Le développement du savoir-être demande donc du temps, des situations et des occasions. Si la vie sédentaire permet également d'y pourvoir, le voyage offre l'avantage d'être constamment avec ses enfants et augmente le nombre d'occasions d'y prêter attention. Bien sûr la qualité dépendra non seulement de chaque enfant, mais surtout de la qualité de l'attention que les parents-éducateurs y porteront.

Le savoir-vivre est la troisième clé du trousseau. Il faut comprendre celui-ci non pas comme un ensemble de règles à suivre ou à respecter, mais plus encore, comme l'art de comprendre le présent et l'instant que l'on vit. En voyageant, on se rend vite compte que les règles de savoir-vivre sont tout-à-fait différentes d'une culture à une autre, d'une classe sociale à une autre, d'un groupe de gens à un autre. Le savoir-vivre est avant tout un acte de présence consciente où l'on se situe dans son environnement. Ce dernier est constitué, non seulement par le lieu dans lequel nous nous trouvons, mais également par les personnes, les êtres vivants et les objets qui nous entourent. Cette prise de conscience de notre environnement est essentielle pour agir et communiquer en adéquation avec notre environnement. La barrière des langues et des cultures, nous oblige dans le voyage à observer et à aller à l'essentiel. Sans une bonne compréhension du savoir-être, notre savoir-vivre aura plus de peine à se développer, nos actions et nos intéractions seront d'autant plus imprécises.

Si l'on considère souvent le savoir-vivre comme un atout social, il va bien au-delà de la société des hommes. Nos interactions avec la nature en font également partie et son enseignement majeur peut être transposé dans la société humaine. A titre d'exemple, lorsque l'on interagit avec un animal, il est nécessaire de comprendre et de sentir dans quelle disposition il se trouve, quel est son territoire et aussi ses habitudes. L'homme bien qu'il se prétende supérieur, n'en est pas moins extrêmement sensible à ces paramètres et sa réaction sera toute différente, si l'on en tient compte ou non. Dans notre propre société, on se permet énormément de raccourcis, car l'on connaît l'ensemble des règles. Mais en voyageant, il faut apprendre à bien analyser et détailler certaines étapes qui sont indispensables à une bonne communication. Comme observer notre interlocuteur, le regarder dans les yeux, se présenter sommairement en souriant et enfin seulement exprimer son besoin ou sa question. Prendre un temps que souvent dans une vie accélérée, nous omettons et qui nous porte bien plus de préjudices que l'on ne pourrait penser. De la même façon, il faut apprendre à savoir quand on gêne ou quand notre interlocuteur est indisponible. Souvent l'attitude est plus précise que la langue. Par exemple en Asie du Sud-Est. « Don't have » signifie: je ne sais pas ou encore je ne veux ou je ne peux pas.

Enfin le rapport au savoir en général est la clé passe-partout qui complète le trousseau de de l'éducation. Il est certainement le plus passionnant et le plus délicieux des aspect de cette dernière. Bien entendu la vision des parents-éducateurs sera prépondérante dans l'influence de cet aspect. Des parents musiciens feront découvrir aisément la musique à leurs enfants, comme des parents sportifs initieront leurs enfants aux attraits du sport. C'est là que se réalisent souvent les meilleurs moments d'une vie de famille. Partager et découvrir ensemble les mêmes connaissances sont une garantie pour développer un lien fort entre les parents et leurs enfants. Il faut néanmoins d'abord respecter les différences. C'est sur ce point que le savoir-faire, le savoir-être et le savoir-vivre sont des étapes importantes dans l'établissement des relations familiales non seulement entre parents et enfants, mais pour chacune des personnes. Si ces aspects sont déterminés de manière consciente, cela évitera un grand nombre de conflits, de réactions incomprises, d'espérances meurtries où d'illusions impossible.

Ainsi, si chacun développe consciemment son savoir-faire, son savoir-être et son savoir-vivre, il aura alors énormément de joie à partager les activités qui lui correspondent ou à résoudre les difficultés qu'il rencontre avec la personne adéquate. D'abord en famille, mais ce travail sera d'autant plus avancé pour interagir avec de nouvelles personnes ou de nouveaux amis et en récolter les fruits..

RSZ_270_BE4

Le voyage est dès lors un terrain idéal d'exploration dans lequel parents et enfants auront l'occasion d'apprendre ensemble, ou quelque fois séparément, en fonction des occasions, une multitude de connaissances. L'apprentissage devient alors plus qu'une école de vie, un jeu et un plaisir d'expérimenter avec et à travers l'autre.

Voici une petite liste, pour donner un aperçu qui ne sera jamais suffisamment exhaustifs des domaines expérimentés lors de ce voyage.

a) Géographie et Histoire de l'Asie de l'Amérique du Sud

b) Langues : Français , Espéranto, Espagnol, Allemand, Anglais,

c) Culture : Différences entre les pays et les peuples.RSZ_270_BE5

d) Politique : Diversités des régimes et leur impact dans la vie sociale

e) Religions: Diversités des religions et leur impact direct dans la vie sociale.

f) Communication : La rencontre avec l'autre, la communication non verbale, les mots essentiels

g) Sports et jeux : L'interaction à travers les sports et les jeux

h) Professions : Découvertes innombrables de métiers et de professionnels différents

i) Education: Découverte des systèmes scolaires différents et de la réalité des enfants qui n'y ont pas forcément accès

j) Apprentissages: Informatique, cuisine, photographie, filmographie, mécanique, tâches quotidiennes...

k)...

La liste pourrait se prolonger, mais tel n'est pas l'objectif, l'idée principale avant tout est que l'éducation peut se révéler un vrai bonheur lors d'un contexte comme le voyage qui augmente les occasions de découvertes et d'apprentissages de chacun des membres de la famille. Cette stimulation constante pousse les enfants à s'interroger dans tous les domaines et la disponibilité des parents permet d'y répondre, d'approfondir ou encore de démontrer, ses limites et sa propre ignorance.

Mais le voyage n'est pas une nécessité pour mettre en application ce trousseau de clés éducatif, bien au contraire c'est le développement de ce dernier qui facilite le voyage que ce soit dans la vie ou travers le monde.

 


Jacques Gravatar   09.01.2013 18:53
Réponses Oui Non @ Caroline : Effectivement le débat pourrait aller très loin, notamment sur la distinction instruction et éducation , si l'un et l'autre certes se complètent, il règne une grande confusion des rôles et des objectifs. Malheureusement l'école est faite pour un grand nombre de personnes et reste fondamentalemen t normative, car elle n'a ni le temps, ni l’objectif principal de différencier les individus. Elle pourvoit à un besoin social. Et c'est en sens que son rôle se doit d'instruire en fonction des besoins de société, pour le bien commun de tous. On vise à former des gens qui correspondent à un environnement. Dans l'idée d'éducation , mon opinion se place d'un point de vue philosophique et non communautaire. Je pense que l'on ne s'applique pas suffisamment à ce type de question et que ce n'est pas l'intérêt actuel de nos sociétés. Sinon une introduction à la philosophie serait présente par exemple dès l'école primaire.Car savoir répondre aux questions philosophiques reste indispensable en matière d'éducation . On ne peut échapper à la question du Qui suis-je? Et il ne s'agit pas de répondre comment je m'appelle et qu'elle est ma profession. Mon approche peut sembler sévère envers l'école, mais je cherche clairement à distinguer ces deux rôles qui sont gravement confondus. Propose-t-on des cours sur les émotions à l'école, non? Pourquoi? la gestion des émotions ainsi que leur explication est essentielle au développem ent de l’individu. Alors pourquoi ce critère n'est pas plus retenu que l'histoire ou la géographie ...malheureusement je ne vois d'autre réponse que fonctionnelle. Or l'éducation , doit plutôt répondre à: Qui suis-je ? et comment je me relie à mon environnement!. Ainsi je pourrais m'adapter en fonction de qui je suis et pas uniquement en fonction de ce qu'on attend de moi uniquement. Ce qui est trop réducteur ou monodirectionne l. Mais l'essentiel reste d' y réfléchir.

@ Jaume : je conviens que le voyage qui est la solution que nous nous sommes offertes, n'est pas forcément à la portée de chacun, notamment ailleurs qu'en Suisse. Néanmoins le voyage n'est pas nécessaire pour saisir ces distinctions essentielles entre éducation et instruction. Nos rapports aux savoirs sont de nos jours insuffisants. Ma critique principale se situe à ce niveau. On préfère s'installer dans d'autres rapports qui malheureusement élèvent plus souvent la fonctionnalité de l'homme que l'homme lui-même.

@ Mariejeanne : Je pense que nous sommes tous des privilégiés en Suisse et que ce privilège n'est par conséquent pas exempt de devoir, notamment celui de réfléchir au type de société que l'on crée ou que l'on veut. Celle-ci passe au travers de l'instruction et de l'éducation . Faire le choix du voyage comprend autrement plus de risque qu'assurer sa carrière ou son confort par exemple. Maintenant il est vrai que chacun tente de faire au mieux, mais souvent c'est la diversité qui apporte la solution et cette diversité il faut la stimuler car elle existe déjà en chacun de nous...Le voyage n'est de loin pas la seule option, bien au contraire il ne s'agit que de l'une d'entre-elles.

@ Araceli : Il est difficile de se défaire de schémas qui nous assurent une suprématie, mais l'enrichissement ne se fait réellement qu'à travers le partage, ce qui n'est pas le propre des lois économiqu es et politiques actuelles.

@ Matuteram : Il nous faudrait bien d'autres Piaget, dont malheureusement la clarté n'est que trop mal comprise, il en va de même pour Kant. On préfère s'évertuer à les discréditer qu'à les rendre populaires. J'entends par là à les vulgariser. On touche ici à un autre problème, qui est de maintenir
les réponses dans l'ombre, à l'abri de la compréhension de la majorité et de proposer en échange bon nombre de stupidités pour tenir les gens écartés des savoirs essentiels. On en revient comme dans le film cité plus bas au mythe de la caverne de Platon. S'évader de la caverne est indispensable pour satisfaire un grand nombre de compréhension, que ce soit par les livres, le voyage, l'expérimentat ion,les arts ou plus simplement la confrontation continuelle avec la diversité.

@ Maki Maki, : tu as raison il faut savoir changer de registre. Le dernier texte Métamékanik sera certainement plus à ton goût, j'y attends ton commentaire avec impatience ;)

@ Nérita : Oui, le progrès doit se faire en l'homme et pas simplement autour de lui !!
 
 
Nerita Gaiteiro Gravatar   28.10.2012 20:34
Pues...... Oui Non menos mal que ya han dicho de todo los que comentaron antes que yo! Estamos completamnete de acuerdo y te explicas como un libro abierto así que no queda nada que añadir. Bueno, sí!!! .. es posible que actualmente la instruccíón se amplie pero en lo que concierne a la educación cada día brilla más pero ....por su ausencia...
besicos.
 
 
tata banya Gravatar   22.10.2012 14:42
Maki maki Oui Non Ouffffffffff!

Vous délirez tous!Avec les commentaires en sus j'ai l' impression de me trouver dans un séminaire de savants pédagogues !Quel verbe. Ta carrière est dessinée... mais garde un peu de non sérieux en souvenir du bon vieux bon temps
Ilal Aman
 
 
matuteram Gravatar   17.10.2012 16:41
plus qu'une école de vie, un jeu et un plaisir d'expérimenter avec et à travers l'autre. Oui Non Mon cher Jacques, digne disciple, quoique peut-être sans le savoir, de notre grand Piaget !
Pour Jean Piaget, l'intelligence n'est pas une faculté mentale parmi d'autres, mais une modalité d'une fonction plus générale: "l'adaptation".
Il la définit comme l'état d'équilibre maximum entre un organisme vivant et le milieu. Cette adaptation s'acquiert selon différentes formes ou structures. Ainsi, l'adaptation mentale est un prolongement de l'adaptation biologique.
Vous arrivez, par d'autres chemins, à des conclusions similaires. C'est un plaisir de vous suivre dans la démarche.
 
 
araceli Gravatar   16.10.2012 12:51
Folcoche Oui Non Fredie et Jean , blessés par tant de cruauté , affublent leur mère du surnom de Folcoche, association de folle et de cochonne.
"Avec le dos ma chérie, avec le dos!" ,dit le père spécialiste de syrphidés quand sa femme se permet pendant les repas de planter sa fourchette dans la main des enfants.

Il me semble que je devrais faire parvenir ton article à l'actuel ministre de la culture espagnol ( Herr Wert ) qui dans sa politique des " recortes" crie , haut et fort, qu'il prendra des mesures pour que les petits catalans soient " espanolizados". Il ne nous a pas confié si la punition de leurs obliger à s'agenouiller sur des grains de riz pendant le repas au réfectoire , sera aussi remise au gout du jour.
 
 
Vonaesch Gravatar   06.10.2012 13:04
... de la qualité de l'attention que les parents y apporteront Oui Non Ton texte est génial et démontre que tu as longuement réfléchi au problème.
Il y a seulement un bémol( et êtes vous parmi les privilégiés?) tout le monde ne peut faire un tour du monde pour être plus proche de ses enfants. Et parmi tous ceux qui restent beaucoup se donnent la peine , même si ce n'est pas toujours facile, d'être attentifs à leurs enfants et leur inculquer des valeurs morales par l'exemple.
Cela mis à part je vois que tu as un très bon entrainement pour donner la fessée aux 4 SANS.
C'est ce qu'on appelle des "arguments frappants"
1000 bises et donnez moi des nouvelles sur les avancées de la Gradelle.
 
 
jaume sans Gravatar   05.10.2012 15:21
Oui Non Encara que m'hagi de repetir t'he de dir que he disfrutat molt llegint el teu article (es una pena que no arribo a obrir bé "Le Chênois"). Admiro sobre tot la teva capacitat de reflexionar sobre problemes i temes, amb profunditat, organitzant bé els pensaments.
Estic d'acord en el contingut. Segurament que podriem passar hores discutint sobre el tema i caldria matisar . Ara bé, No tothom pot fer un projecte com el vostre ni té la capacitat de fer-ho. I aleshores queda un nombre molt important de nanos que no tenen altre camí que l'escola. I aquí està el problema bàsic de la societat. Aplicar els esquemes que has descriot a grups d'infants i adolescents, amb els mitjans de què es disposa.
Bé no m'allargo
Espero que tot us vagi molt bñe. On sou ara?
Una abraçada ben forta i molts de petons a redistribuir
jaume
 
 
caroline Gravatar   01.10.2012 18:41
Oui Non Vous me voyez dans l'obligation de réagir....! Bravo pour ce texte magnifique qui résume bien les deux choses.Je rajoute en tant que professionnelle de l'Instruction Publique, que parfois, nous sommes dans l'obligation de remplir aussi un rôle d'Education à l'école...! Loin de vouloir nous substituer aux parents (je déteste l'idée que les parents démissionn ent : on voit que chacun fait au mieux de ce qu'il peut, et, en tant que mère, je me rends compte qu'on peut vouloir au mieux et se planter magistralement! ), mais il faut parfois compléter des savoirs (vivre être etc.), les rappeler ou montrer que ce n'est pas qu'une lubie parentale mais bien un besoin sociétal. Cela peut arriver quand même qu'il faille faire découvrir certaines valeurs indispensables, même si c'est rare.
Enfin, je pense que les 2 composantes que vous mettez en valeur - Education/Instruction - sont complétement indissociables les unes de l'autre, servent l'une à l'autre. Pourrions-nous dire que l'Instruction est un des moyens de pourvoir à l'Education? Que donc tout Instituteur/Enseignant serait au fond aussi un Educateur? A Genève, les deux professions sont différentes, ne suivent pas le même cursus d'études, mais peut-être les nominations de ces métiers sont un peu réductrice s... Bref, vastes questions mais très intéressante s à y réfléchir!
 
 
Jacques Gravatar   01.10.2012 04:01
Réponse directe Oui Non http://www.youtube.com/watch?v=-1Y9OqSJKCc  
 
Kathy Gravatar   30.09.2012 19:30
Oui Non Génial ton texte, Jacques!!! Rien à ajouter si ce n'est que je vous recommende vivement un film qui circule sur le net en espagnol: "La educación prohibida", argentino si no me equivoco...Me dejó muy muy dubitativa en cuanto a la escuela...ya me dirás cuando lo vean. Abrazos a los 5 Sans y viento en popa!!!! Kathy  
 
  • Gras
  • Italic
  • Soulignement
  • Barré
  • Citation
  • Smileys
  • :confused:
  • :cool:
  • :cry:
  • :laugh:
  • :lol:
  • :normal:
  • :blush:
  • :rolleyes:
  • :sad:
  • :shocked:
  • :sick:
  • :sleeping:
  • :smile:
  • :surprised:
  • :tongue:
  • :unsure:
  • :whistle:
  • :wink: