Itinéraire

01tourdiapo2

pnglogocouleur300dpi50x85Les 1001 Bornes apnglogohugo300dpi50x85apnglogohirondelle300dpi50x85apnglogopapillon300dpi50x85pnglogoVerdastelo300dpi50x85apnglogo2bornedorcoupe300dpi50x85apnglogofleur300dpi50x85028borneGland60x40pngdroopyfilm300dpi50x85                     

Jacques || Déterminé, perspicace et imaginatif

De Tiszafüred à Debrecen

Écrit par Jacques on 16 novembre 2010.

Tiszafüred et Debrecen sont les deux endroits où nous nous seront le plus imprégné de la Hongrie.

Je ne reviendrai pas longuement sur Tiszafüred, où nous avons été accueillis, comme des princes. Florence et Zachary, ont déjà donné un aperçu très complet de notre court séjour, ponctué de visites multiples et de repas alléchants.

Certes, nos hôtes étaient de toute grande qualité, mais il faut reconnaître que le peuple hongrois est très accueillant dans son ensemble. Son accueil débute, déjà, par cette politesse sur la route, que remarquera, sans nul doute, le chauffeur attentif et concentré qui voyage sur ces terres. Il y est usuel de céder le passage et de faire attention à son prochain.


De la même manière, c'est avec beaucoup d'amabilité que l'on nous a en général répondu à nos demandes, souvent amusés par notre maigre vocabulaire hongrois, fait de bonjours et de mercis. Et quand nous n'avons pas pu nous entendre avec quelques mots d'anglais, d'allemand ou de français, c'est très naturellement que les hongrois cherchent à se faire comprendre par les gestes ou encore à l'aide d'un stylo et d'un bout de papier. En résumé, les hongrois sont serviables et avenants.

On peut ajouter à cela que leur pays est de grande beauté, regorgeant de nature et de grands espaces. A tout instant,malgré la saison avancée, on peut s'attendre à croiser des animaux sauvages et plus particulièrement de nombreux oiseaux, comme des faisans, des milans, des buses, des hérons ou des grêbes.

Seule Budapest nous a confronté,déjà, à une certaine misère que, pour sûr,nous rencontrerons plus tard dans notre voyage. Pour le reste, c'est avant tout un sentiment de tranquillité, mêlé à la reposante douceur d'un paysage entretenu avec sagesse, et sans exagération, où l'on ne voit pas que la main de l'homme est derrière chacunes des lignes ou des virages qui se dessinent à nos yeux. On peut, alors, facilement comprendre que les hongrois ne soient pas forcément de grands voyageurs.


Pour conclure, notre passage en Hongrie, nous avons passé nos cinq dernières journées dans la paisible ville de Debrecen. Nous y avons été reçu par Pàl, un espéranto-phone qui nous a guidé dans la découverte de cette ville marquée d'un lourd passé historique.

Effectivement, non seulement Debrecen est la capitale orientale de la Hongrie actuelle, mais elle est également depuis le XVIème siècle la centre du protestantisme en Hongrie. La ville possède dans son ancien collège de la réforme, l'équivalent du collège Calvin de la même époque, une bilbliotèque riche de 600 000 livres, certains étant des manuscrits précieux datant d'avant l'imprimerie.

Ainsi, on croise facilement les portraits ou les noms de nombreux réformateurs sur les monuments, les rues, les places ou même les restaurants. Debrecen est de toute évidence une destination intéressante pour toute personne qui s'intéresse au protestantisme et plus précisément au calvinisme.

La ville compte de nombreuses églises, temples ou chapelles et la région de la Putsza qui mène vers Tiszafüred est inscrite au patrimoine de l'Unesco comme le vieux pont d'Hortobagy, situé à mi-chemin entre ses deux villes. Cette région à une longue tradition dans l'élevage que ce soit de moutons, de chèvres, de vaches ou encore de chevaux, ces derniers ayant servis de tout temps à la cavalerie hongroise.

En dernier lieu, je vous transcrirai, ici, une anecdote sympathique de la ville Debrecen :

Si vous vous promenez en plein centre-ville, un parc public se tient, derrière le Grand Temple, reliant ce dernier, au collège. Jouxtant le parc, sur le côté gauche, vous trouverez la place Kálvin.

C'est sur cette place, entouré par un petit enclos que se dresse, le broussailleux et hirsute, arbre du diable, un végétal de trois mètres de haut, que les catholiques appellent ainsi, mais qui en hongrois se nomme « semfüsemfa » ce qui signifie, ni herbe, ni arbre.

Ce végétal doit sa naissance, il y a fort longtemps à une querelle entre deux représentants des églises protestantes et catholiques de la ville. Alors que ces derniers débattaient sur le bien fondé de l'église protestante, Ambroisus, l'évêque de la ville, brisa une brindille d'un buisson à sa proximité, et tout en rigolant bien fort, planta cette dernière dans le sol puis il ajouta : « Le protestantisme sera une religion, le jour où cette brindille sera un arbre! » Bien mal lui en prit, car la brindille fit racine et devint l'arbre qu'aujourd'hui encore on peut admirer sur la place Kàlvin.

 

RSZ360Semfusemfa

Cliquez sur la photo pour accéder à l'album!

 

 

 


Mirejo Gravatar   06.01.2011 17:11
bravo!!! Oui Non Saluton!
Vi faris/ faras / ?? mirindan vojaghon tra la mondo!!!
Vi estas kuraghaj!! Kaj vi estas bonshanchaj!!
Kiam vi estos denove en Ghenevo, bv kontakti min.
Elkore gratulas kaj salutas Mirejo
 
 
Jacques Gravatar   22.11.2010 11:27
Oui Non @ Araceli: Bien sûr que je me rapelle de ce voyage en Bulgarie, avec cette treversée en solo du pays en train à vapeur! Mais nous n'irons pas à Targoviste, nous prenons la route de Sofia où nus resterons une bonne grosse semaine voir plus le temps de régler un petit nombre de chose avant de quitter la belle Europe.
@ Jaume y Beatrice: Si Debrecen fue un lugar muy interessante para un Ginebrino, como yo. Tambien assitimos a una misa orthoxa en espéraanto , y lavamos la ropa en casa del popa. ;)
@Nerita, muy agradable los hungaros, guadaré un muy buen recuerdo de esté pueblo, mal conocido.
@Matuteram: Encore merci pour vos commentaires toujours encorageant, même si nous n'avons pas toujours le temps à disposition pour y répondre. C'est toujours entre nous une source de discussion que nous commentons en famille. Amicalement.Jacques.

 
 
araceli Gravatar   19.11.2010 21:40
Ruse (Roussé) Oui Non Bonsoir Jacmi!!!
Je viens de regarder le dernier itinéraire et je constate que vous serez tout près de Roussé. Tu étais allé,TOUT SEUL (12 ans?), en train, (8 heures pour les quelques 400 km qui séparaient Sofia de Ruse!!!?) voir Yvo, t'en rappelles-tu? C'est une magnifique région? Comptez-vous y passer?
Bises
mam
 
 
araceli Gravatar   19.11.2010 15:09
bel arbre Oui Non Il me semble que les catholiques ont , un peu, tiré de la couverture!
L'histoire de l'Etat hongrois et la religion chrétienne dans ce pays, avec Saint Etienne (- saint ou pas - qui, il y a plus de 1 000 ans, l'érigea au rang de religion d'Etat) rappelle beaucoup Constantin et le catholicisme dans l'Empire Romain.
Avez-vous eu l'occasion de constater du respect entre les pratiquants des congrégations de synagogues orthodoxes, les églises catholiques et protestantes, les mosquées, les temples Krishna et les stupas bouddhistes?
Avez-vous visité d'autres lieux de culte?
Même s'il semblerait qu'il y ait un 20% de protestants ,plus un autre 20% d'agnostiques la légende reste jolie.
C'est un beau reportage.
Gros becs à vous tous
mam
 
 
jaume sans Gravatar   18.11.2010 13:34
Debrecem Oui Non - Bé, al final tot s'ha arreglat. He pogut començar a mirar fotos i a llegir-vos. El problema sobretot está en la inestabilitat dels vostres textos i imatges. Costa molt de
treballar-hi.
Molt interessants les fotos. Difícil saber amb quines em quedaria. Impresionant la foto del cavaller
sense cavall. Sort encara que et vas ficer el vestit de festa i no les pells d'ós ( són d'óssos,oi?)
perquè t'haurien fet encara més "gros". Trovo a faltar imatges de l'enfonsament i el salvament corresponent.

El text m'ha ininteteressat moltíssim. He tingut molt de contacte amb hongaresos , sobre tot l'any 56 a Viena, però també a Barcelona i a Zuric. Haviem parlat de moltes coses però ara tinc molt més cl
ara la bellesa de la natura tan diferent.. També crec interessant veure Debrecem l'esforç de minories que no es van deixar deixar subjugar per un catolicisme "imperial".

Moltes gràcies.Petons a tots
l'avi i Beatrice

;);)
 
 
Nerita Gaiteiro Gravatar   18.11.2010 12:04
Siempre, desde que hablé Oui Non la primera vez con las personas del consulado húngaro en Madrid y lo repetí a menudo por mi trabajo,(era la época en que todavía aquí teníamos que sacar pasaportes especiales, válidos por un solo viaje, para los paises del Este y ademas visados) sentí la sencilla y alegre cordialidad con que nos recibian e, incluso, nos habrían el consulado fuera de horas en alguna ocasión para visas super-urgentes. Más tarde lo pude comprobar "in situ". Sigue contándonos anécdotas y retazos de historia que seguro no nos pararemos a aprender en los libros. Fotos : notable.  
 
mmatuteram Gravatar   18.11.2010 00:03
Debrecen Oui Non Cher Jacques!
Quel plaisir de vous voir sortir des ornières du guide touristique.
Vos appréciations intéressante s nous redonnent envie de rencontrer l'Hortobàgy, l'Alföld et ses habitants.
Laissez parler votre cœur!
Le besoin est un maître d'inspiration inégalable: qui aurait soupçonné par le passé qu'un endroit sans collines et sans eau deviendrait un jour une si superbe cité...malgré l'austérité de notre illustre compatriote . Avanti!
 
 
  • Gras
  • Italic
  • Soulignement
  • Barré
  • Citation
  • Smileys
  • :confused:
  • :cool:
  • :cry:
  • :laugh:
  • :lol:
  • :normal:
  • :blush:
  • :rolleyes:
  • :sad:
  • :shocked:
  • :sick:
  • :sleeping:
  • :smile:
  • :surprised:
  • :tongue:
  • :unsure:
  • :whistle:
  • :wink: