Itinéraire

01tourdiapo2

pnglogocouleur300dpi50x85Les 1001 Bornes apnglogohugo300dpi50x85apnglogohirondelle300dpi50x85apnglogopapillon300dpi50x85pnglogoVerdastelo300dpi50x85apnglogo2bornedorcoupe300dpi50x85apnglogofleur300dpi50x85028borneGland60x40pngdroopyfilm300dpi50x85                     

Florence || Dynamique, patiente et joviale

La Bourse ou la Vie

Écrit par Florence on 7 août 2012.

RSZx360la_bourse-vie

Dès notre arrivée à Buenos Aires, nous sommes stupéfaits de constater que la plupart des maisons sont sécurisées par des barreaux en fer aux fenêtres, des grillages autour des jardins et des alarmes. Les voitures sont bien-sûr également munies d'alarmes et aux heures d'ouverture des magasins, les vendeurs s'enferment à clefs même s'ils ne vendent que des fruits et légumes!! Les argentins se rassurent avec des sprays au poivre dans leurs poches et à table, la plupart des discussions tournent autour des vols et de la violence. Rares sont apparemment les personnes qui ne se sont pas fait voler ou qui ne connaissent pas quelqu'un qui se soit fait braquer...

Quelle ambiance, voilà qui est rassurant. Tout le monde nous met d'ailleurs en garde, mais ce n'est pas la peine car nous sentons et palpons la peur des gens à travers leurs visages fermés et leurs regards méfiants.

Tout naturellement, nous essayons alors d'approfondir le sujet. Mais plus nous discutons du problème, plus nous avons de la peine à distinguer les histoires réelles, de celles exagérées. Nous comprenons bien que le danger existe, mais nous saisissons aussi qu'une paranoïa est entretenue par les récits continuels d'histoires excessives et sordides qui entretiennent la peur ambiante. D'un côté on nous raconte par exemple que les enfants viennent armés à l'école en l'Uruguay. De l'autre, lorsque nous intégrons nos enfants à l'école publique, nous n'avons vu aucun danger. Le problème des armes doit exister, mais se limiter aux quartiers difficiles et non au pays tout entier... Que devons nous croire alors? Devons- nous être particulièrement méfiants ou continuer d'être simplement prudents comme nous l'avons toujours été depuis le début du voyage?

Une question principale nous préoccupe en effet particulièrement. De tous les pays traversés jusqu'alors, parfois jugés dangereux, parfois extrêmement pauvres, nous n'avons jamais été confronté à une telle paranoïa. Toute la violence se concentrerait-elle donc en Amérique latine? Et si oui, pourquoi? Cherchant à comprendre, nous continuons donc de questionner les sud-américains rencontrés. Au fil de nos questions, nous débroussaillons un peu le terrain.

Tout d'abord, nous explique Karine, une française expatriée à Montevideo, la grande crise de 2001 a considérablement appauvris voire ruinés de nombreuses personnes. Les plus précaires essaient de s'en sortir avec des petits boulots comme le tri des déchets ou la surveillance contre un peu de monnaie des voitures parquées en ville. Mais d'autres en arrivent à voler et bien-sûr les quartiers riches sont la cible privilégiée et leurs habitants se barricadent.

La deuxième cause avancée à la violence est la consommation de drogues. Les toxicomanes sont apparemment prêts à tout, même à tuer, pour quelques pesos. Mais étant donné que des policiers vadrouillent dans les beaux quartiers, nous doutons que ces agressions aient lieu partout. Keyla, de Brasilia confirmera nos intuitions. Les braquages avec violence ont plutôt lieu dans les quartiers périphériques que dans les centres-ville.

La troisième raison serait due au manque d'éducation des plus pauvres qui ne suivent pas l'école et tomberaient par la suite dans la délinquance. Certes, nous avons déjà constaté que dans certains pays du continent sud-américain, le niveau d'instruction de l'école publique est insuffisant, mais cet argument nous convainc à moitié. Le niveau moyen d'enseignement public reste quand-même supérieur à bien des pays d'Asie. Et pourtant, là-bas, même si les vols existent aussi, nous n'avons jamais senti une telle insécurité.

Pour notre part, nous avons grandement l'impression que la cause principale reste le fossé gigantesque entre les très pauvres et les très riches tel que nous ne l'avons constaté nulle part ailleurs. Accompagné bien-sûr, de son lot de corruption... Giuseppe, un espérantiste italien vivant au Brésil depuis 40 ans, nous a expliqué pourquoi d'après lui la violence a pu atteindre un tel degré dans les « favelas ». La pauvreté est en cause, mais également des intérêts politiques. En effet, si les policiers n'ont pas l'ordre de faire le ménage dans ces quartiers défavorisés, c'est parce que cela profite aux politiciens. Ces derniers s'assurent ainsi la sympathie et les voix de futurs électeurs; pour peu qu'ils leur laissent faire leurs trafics divers.

Entendu, nous avons compris. Très vite, nous changeons nos habitudes, mais nous refusons de tomber dans la paranoïa, sinon autant rentrer tout de suite à Genève. La nuit, nous dormons fenêtres et portes fermées. Nous ne laissons plus nos chaussures, ni notre table en bois dehors. On rentre tout et on s'enferme à clefs. Puis, nous appliquons plus que jamais les règles de base de sécurité que nous suivons depuis deux ans: pas de signes extérieurs de richesse dans nos apparences. Privilégier les bivouacs hors des grandes villes et lorsque ce n'est pas possible, éviter de dormir deux nuits d'affilées dans le même lieu.

A Montevideo, garés depuis plusieurs jours près de chez Eduardo, je suis rassurée, car malgré la transgression de notre troisième règle de sécurité, je peux voir le camion depuis la fenêtre de la maison. Et pourtant, heureusement que nous dormons toujours, Jacques et moi dans le camion pour prévenir les vols nocturnes. Une nuit, réveillée par un bruit suspect, je secoue Jacques et apostrophe un éventuel voleur. Un bruit plus net nous aide à localiser l'endroit; la cabine avant où Jacques se précipite. Plus personne, mais la vitre arrière droite est cassée. Nos bonnes vestes d'hiver et nos grosses polaires ont disparues. Mais également un sac plastique contenant les câbles pour recharger les deux ordinateurs et surtout, le carnet de bord de dessins de Zélia. Peu de pertes financières, mais une bonne mise en garde. Depuis longtemps, nous avons l'habitude de laisser des affaires sur la banquettes arrière de la cabine avant afin d'augmenter l'espace à disposition. Bien-sûr nous ne laissions jamais d'objets de valeur, mais dorénavant nous rangerons toujours tout dans la cabine arrière! Pour ma part, je n'aurais jamais pensé que l'on casserait une vitre pour des habits quelconques.

Après le sentiment de sécurité assez unique vécu pendant notre séjour en Asie du sud-est, nous devons nous réhabituer à plus de méfiance. Ceci semble également valable pour notre retour à Genève où les braquages avec contraintes commencent à apparaitre... Est-ce donc plus sûr de rester chez soi que de partir sur les grands chemins? Je n'en suis pas certaine. Souvenez-vous, en 2010, à peine deux mois après notre départ de l'attaque aux fusils d'assauts du Change Migros de Thônex en pleine heure de pointe. Exactement dans le quartier où je travaillais...

Le danger existe aussi chez nous, mais comme nous connaissons bien notre ville et notre quartier, nous nous sentons rassurés.

Mais d'accord, promis, nous serons encore plus prudents!

 

(mis en ligne à Alto Paraiso, Brésil)



Sfc98 Gravatar   20.09.2012 12:07
Swag Oui Non Ce site est très ( trop ) interessant ! Bonne continuation vous nous manquez beaucoup dans combien de temps rentrer vous a Geneve ? vous nous manquez beaucoup !


Gros bisous, Anne:)
 
 
Florence Gravatar   10.09.2012 16:53
Réponses: Oui Non @ Caroline: il est vrai que dans la religion boudhiste, les débordemen ts ne sont pas autorisés et franchement, je trouve cela très agréable.
@ Chely: Nous sommes prudents et essayons de nous garer le plus souvent possible chez les gens pour plus de sécurité.
@ Mamy: Et oui, on se débarasse difficilement de sa culture et en vivant en Suisse nous sommes très habitués à vivre en sécurité; mais nous apprenons...
@ Tata Banya: Faut qu'on se donne rendez-vous quelque part, mais bon il n'y a plus beaucoup de place dans le camion... Au fait, merci pour le don sur le compte de l'association dont nous n'avons eu connaissance que dernièrement.
@ Avi: effectivement, l'Amérique latine a subi des violences, mais pas plus que d'autres pays du globe... Alors, pourquoi tant de violence. Si une victime se défend de son voleur, ce dernier la poursuit pour se venger, voire la tuer !!! Comment en arriver à un tel degré ? Je pense toujours plus que la corruption est trop grande dans ce continent et sans règlements , ni contrôle , tout est permis.
@ Ceci: mais oui Ceci, mis à part cela , l'Uruguay est le PLUS beau pays du monde...!!!
@ Neri: dicho!! Abrazo fuerte ...
 
 
tata banya Gravatar   25.08.2012 08:20
maki maki Oui Non Avez-vous besoin d'un garde de corps!Je suis prêt à prendre mon arbalète et mon uniforme et me précipiter à votre secours!J'aurai finalement trouvé l'occasion de partager vous heures
Toujours à vos beaux petons
Ilal Aman
 
 
ceci Gravatar   21.08.2012 10:03
Rien à dire.... Oui Non si ce n'est un simple et très fort: "Viva America del sur!!!!!";D;D;D;D;D;D;D; D;D;D;D;D;D  
 
Nerita Gaiteiro Gravatar   13.08.2012 12:11
The answer is blowin´ in the wind.. Oui Non Si los políticos las hacen “dobladas” y se van de “rositas”; si el poder financiero ( banqueros, grandes capitales, super-empresas, figuras conocidas, etc, etc, etc, ) arruina familias y estados y “se quedan tan frescos”; si los países del “primer mundo” vendemos armas a no importa quién ni para qué , el caso es ganar dinero o poder o controlar y decimos sin el menor rubor que “ les estamos ayudando”; si los muertos civiles en guerras son “ solo daños colaterales” y pasamos sobre ello de puntillas; si en tres cuartas partes del planeta la gente se muere de hambre y no le ponemos remedio porque “ qué puedo hacer yo” ; si los Medios y la publicidad te enseñan a diario que “ tener es lo importante” ; si “ todo vale” ; si el prójimo eres tú mismo; si……?????; si la pregunta es “ porqué ellos sí y yo no?”; si ya Pitágoras –creo-dijo “ educad a los niños y no tendréis que castigar a los hombres” y cada vez se les enseña a más pero se les educa menos……., Quizás, quizás es que pasamos de todas estas cosas mientras no nos toquen de cerca. Cuidaros , por favor.  
 
jaume sans Gravatar   11.08.2012 09:05
Oui Non Tu artículo me encanta. Se nota que es fruto de reflexión y de discusión.
En pricipio estoy de acuerdo en todas las razones que das de la tendencia alñ robo y a la violencia. Pero sno por sabidos hay que olvidar otros argumentos.
América Latina ha sufrido siglos de violencia: como medio de dominar y como medio de defenderse.
Por otra parte la pèrdida de valores, discutibles unos, es verdad,pero con validez otros hacen que todo parezca permitido.
Además si se tolera que los que debieran dar ejemplo tengan inmunidad para obtener beneficios, enormes por los medios que sean aunque sea a cosata del hambre - violencia, al fin y al cabo-,
y llamar a eso progreso y no robo....
Creo que sobre lomás importante es mantener la cabeza fría y no caer en psicosis de Nuevo rico o de falso rico, que además no soluciona nada.
Un gran abrazo y muchos besos. Repártelos.
L'avi y Beatrice;);)
 
 
Caroline Gravatar   09.08.2012 17:32
Oui Non Cette question du danger, je me l'étais déjà posée pendant notre voyage. NOus avions avancé un élément de réponse, mais je ne sais ce qu'il vaut:
En Asie (lointaine), la tradition /religion est plutôt bouddhiste, de nature non violente à la base. Par ailleurs, on ne peut perdre la face sinon on est la risée de tous.
On se disait que c'était peut-être grâce en partie à cela que nous ne nous sommes jamais sentis en danger.
En Europe (et peut-être en AMérique du Sud), la traditions chrétienne autorise les débordemen ts de colère et de réactions plus ou moins violentes. Je pense que l'on peut dire que nous ne venons pas de cultures dites non-violents.
Ceci pourrait-il expliquer cela?

C'est terrible de ne pas tomber dans la paranoïa, surtout quand tous les méfaits (ici à Genève) sont relayés par des médias avides de faits divers à mettre en Une!!! Mais je continue de me promener au Jardin Anglais, de prendre le tram le soir, et d'aller faire le plein d'essence dans les stations services!!!!! Je pense comme vous le dites qu'il ne faut pas faire ostentation de biens matériels et de respecter des règles de prudence de base. On est jamais à l'abri d'un truc, ça c'est clair.

Je ne suis pas convaincue par l'argument pauvreté, dans le sens où il y a aussi des riches qui commettent des méfaits, et parfois bien moins visibles et bien moins compréhensible s. Par ailleurs, de la pauvreté, il y en a partout malheureusement , et je ne vois pas pourquoi (mais de nouveau je ne connais pas les pays actuels que vous visitez) il y aurait des pauvres plus voleurs qu'ailleurs.

Je vous souhaite malgré tout une bonne suite de voyage. J'espère que Zélia trouvera encore le goût à faire des dessins.... Il ne faut pas laisser gagner ces malfrats qui vous ont atteint....Meilleures salutations à toute la famille.
 
 
Vonaesch Gravatar   09.08.2012 06:35
Oui Non Comme beaucoup, je me fais du souci depuis que vous êtes en Amérique latine.
Tu n'aurais jamais pensé que l'on puisse voler des vestes et pourtant s'il fait froid et que peu possèdent de telles vestes c'est pour eux( malheureusement pour vous ) aussi tentant que de l'argent.
C'est là qu'il faut se réjouir que votre camion ne soit pas un camping car ultra neuf et sophistiqué.
Faites attention je vous embrasse . 100000 bisous Mamyjeanne
 
 
araceli Gravatar   08.08.2012 17:54
Oui Non Le danger est le poivre-sel du voyage , il réveille les papilles mais il ne faut pas en abuser : le cœur et l’hypertens ion sont à l’affut !
Gardez les yeux ouverts, méfiez-vous des flics autant que des voleurs mais continuez votre voyage tranquillement car ce que doit arriver arrivera !La plupart des gens meurent dans un lit, cela n’empêche pas la majorité de s’y coucher chaque nuit ( je sais,c’est une boutade,mais…il faut vice son destin) ;que toutes mes pensées puissent vous rendre l'assurance et le plaisir de continuer tant que ceci est votre souhait)
;)
 
 
  • Gras
  • Italic
  • Soulignement
  • Barré
  • Citation
  • Smileys
  • :confused:
  • :cool:
  • :cry:
  • :laugh:
  • :lol:
  • :normal:
  • :blush:
  • :rolleyes:
  • :sad:
  • :shocked:
  • :sick:
  • :sleeping:
  • :smile:
  • :surprised:
  • :tongue:
  • :unsure:
  • :whistle:
  • :wink: