Itinéraire

01tourdiapo2

pnglogocouleur300dpi50x85Les 1001 Bornes apnglogohugo300dpi50x85apnglogohirondelle300dpi50x85apnglogopapillon300dpi50x85pnglogoVerdastelo300dpi50x85apnglogo2bornedorcoupe300dpi50x85apnglogofleur300dpi50x85028borneGland60x40pngdroopyfilm300dpi50x85                     

Florence || Dynamique, patiente et joviale

Bienvenido a Buenos Aires

Écrit par Florence on 22 mai 2012.

RSZ360Bienvenido

Ah, l'Amérique latine, sa chaleur humaine, son sens de la fête, son exubérance... Après la réserve asiatique, quel bonheur à la perspective de ce changement culturel bien plus avenant.

La douche froide de notre arrivée à Buenos Aires m'aura définitivement sevrée des idées préconçues!!

Loin de moi l'idée d'écrire une suite à mon article « Droopy en vacances » puisque, logiquement, le débarquement du camion aurait dû être plus facile que l'embarquement. En réalité, nos transactions pour réussir à récupérer Droopy aura été l'expérience la plus pénible, la plus dure et la plus longue du voyage !! Dans nos rapports avec les travailleurs d'Exolgan, la multinationale qui détient le monopole du terminal 3 du port de Buenos Aires; nous avons découvert tour à tour: l'indifférence, les mensonges, l'arnaque, le profit, mais aussi l'inefficacité. Le plus déstabilisant aura pourtant été pour moi de découvrir la dureté du regard de certains de nos interlocuteurs. Un mise en matière abrupte pour notre arrivée sur le continent.

 

Le premier lundi après notre arrivée à la capitale, nous payons et récupérons notre fameux « bill of lading » à la compagnie maritime CMA/CGM. Nous nous dirigeons ensuite à la douane Emba située à côté des terminaux 1 et 2 du port. Un fonctionnaire jovial entame la procédure de dédouanement pour avancer le dossier, mais nous prévient que nous devons d'abord traiter avec Exolgan où Droopy nous attend. Le dédouanement semble simple, le déchargement de Droopy de son flat rack une simple formalité. Nous écartons donc définitivement l'idée de prendre une agence pour faire le travail à notre place. Jacques parle parfaitement espagnol et nous économiserons de l'argent. Comment deviner que nous mettons les pieds dans la cour des grands !!

A notre demande, nous recevons un mail d'Exolgan concernant les frais de déchargement de Droopy du container plat: 1900 $ + 21% de TVA. Quoi? C'est une blague. Faire descendre le camion du flat rack haut de 60cm prend une demie heure grand maximum. Abasourdis, nous nous déplaçons au dépôt d'Exolgan situé à une heure et demie en train et taxi du lieu où nous logeons. Avant même de pouvoir discuter de quoi que ce soit, Sabrina du service à la clientèle qui n'a pas l'air d'avoir inventé l'eau chaude avec sa bouche toujours ouverte, nous assène un coup de massue supplémentaire. Aux frais de déchargement doivent s'ajouter ceux du port de 1200 $; soit un total de plus de 3000 $ pour récupérer notre « maison ». Nous reprenons rapidement nos esprits et Jacques demande à parler à un chef mais sans succès. Esteban du bureau « des commerciaux » se déplace, mais n'étant pas responsable il ne peut rien faire pour nous; les prix étant soi-disant fixes. Nous passerons les jours suivants à nous acharner pour essayer de comprendre les frais et les négocier. A force de patience et de persévérance, nous réussirons à atteindre le bureau du chef, un jeune grand, maigre, froid et indifférent au possible. Un grand travail de « self-control » pour Jacques et moi. Quotidiennement, nous gérons tant bien que mal nos émotions, nos colères et notre stress. A chaque victoire remportée, nous faisons deux pas en arrière. Il manque toujours un papier, un numéro qu'il faut chercher à Emba ou Exolgan éloignés d'une demie heure en taxi l'un de l'autre. Un peu comme si le jeu de la multinationale consistait à nous faire des demandes aussi impossibles les unes que les autres. Pour arranger notre situation, les jours sont comptés, car nous ne pouvons garder le flat rack que cinq jours gratuitement. Ensuite, il faut payer 500 $ supplémentaires par jour. Exolgan tient le couteau par le manche, ils le savent et ils en profitent pour gonfler les prix...

Alors que nous sommes enfin sur le point de réunir tous les dizaines de documents, la douane d'Exolgan nous annonce que nos papiers d'Emba ne sont pas valables. Nous devons y retourner pour tout annuler et recommencer une nouvelle procédure. Et comble de l'absurdité, nous devons tout de même trouver une agence « de déclaration de douane », car seul un agent peut nous fournir, contre paiement, un document évidement indispensable pour le dédouanement de Droopy. Loin d'être au bout de nos surprises, nous apprenons même qu'un contrat particulier existe entre Exolgan et une agence de la place pour obtenir les meilleurs prix. Autant dire qu'il vaut mieux ne pas se tromper dans le choix de son agence!! Cela dépasse mon entendement de rencontrer autant de magouilles en une même semaine.

Puis, pour couronner le tout, une grève générale éclate bloquant les 3 terminaux du port et empêchant toute marchandise et véhicules de sortir...

Le vendredi, dernier délai, nous réussissons malgré tout à réunir enfin tous les papiers et à faire baisser de 1200 $ les coûts, mais nous sommes toujours bloqués. Exolgan, en dernière mesquinerie, affirme que tant que l'argent ne sera pas arrivé sur leur compte, rien ne bougera, et ce, malgré la preuve du paiement que nous leur montrons. La confiance règne... Il faut donc attendre lundi et prévoir à contre coeur de payer 500 $ supplémentaires et surtout prier pour que la grève ne dure pas trop longtemps.

 

Lundi suivant, dernier acte. Nous avons repris des forces pendant le week-end et sommes d'attaque. Stratégiquement, nous arrivons en famille à l'ouverture d'Exolgan. Nous reconnaissons et saluons plusieurs commerciaux que nous côtoyons depuis une semaine. Ils regardent avec étonnement Zachary, Zohra et Zélia que nous asseyons ostensiblement au milieu des guichets du secteur financier. Nous attendons en effet de savoir si notre paiement a été viré sur le compte sûrement trop bien garni d'Exolgan. La moutarde nous monte au nez quand au bout d'une demie heure, notre interlocutrice n'a toujours pas répondu. Cette dernière incapacité que nous traduisons une nouvelle fois par du mépris et de l'indifférence fait éclater Jacques. Prenant tout le monde à parti, il crie de fureur nos déboires et le vol que nous subissons. Tout le monde est un peu gêné, mais tout le monde écoute et je perçois plusieurs hochements de tête approbatifs. Tiens incroyable, ça marche. Le chef du secteur sort de sa cachette pour tenter de calmer Jacques. Tiens, encore plus incroyable ce qui était impossible cinq minutes avant devient tout à coup réalisable. Nous obtenons l'autorisation de décharger Droopy alors que notre virement n'est certainement pas arrivé. Malgré tout, nous aurons encore besoin de la journée entière pour finaliser et tamponner d'autres papiers supplémentaires!!

Nous ne sortirons de cet enfer qu'une heure avant la fermeture du dépôt et sans avoir payé les 500 $ supplémentaires. Aucune victoire, cela démontre uniquement que nous avons de toute façon déjà trop payé...

Match nul? Non, la multinationale Exolgan a bien-sûr été la plus forte, mais nous nous sommes bien battus.

 

(mis en ligne à Cordoba, Argentine)


Nerita Gaiteiro Gravatar   06.06.2012 20:42
Pues despues Oui Non de todo lo que te han dicho, poco me han dejado para mi. Pero, como cuenta la canción, " la vida hay que tomarla como viene" dentro de lo posible, claro. Sacar la uñas cuando hace falta suele dar buenos resultados, ! a la vista está!.Final: positivo, habeis aprendido un montón. Ahora a conocer a los argentinos normales que son mucho mas agradables, a aprender español, a bailar tangos " apretaos" y a disfrutar.  
 
Florence Gravatar   05.06.2012 19:01
Reponses Oui Non @ Mamy: nous avons fini par comprendre comment les gens s'en sortaient en Argentine. Grâce a divers marches noirs qui se developpent dans plusieurs domaines. En ce qui concerne les dollars, les argentins n'ont pas le droit d'en acheter librement. S'ils en ont besoin pour des vacances, par exemple, ils doivent ouvrir un compte et declarer la somme qu'ils veulent y deposer. Puis au retour de vacances, ils doivent annoncer toutes leurs depenses afin que le gouvernement controle qu'ils ne gardent pas de dollars en poche et solder le compte... Nous n'en croyions pas nos oreilles!!
@ Chely: effectivement, il faut etre au courant. Ce n'est pas toujours facile pour des voyageurs qui changent de pays regulierement. Mais nous nous appliquons a obtenir le plus d'informations possibles sur les fonctionnements des administrations diverses. Nous avons vite compris que cela nous permet d'economiser de l'argent... Et ici, cela peut vite etre cher >:(
@ Caroline: Jacques s'est enerve une fois a Bangkok. Son interlocuteur etait completement paralyse et Jacques s'est excuse. Mais cela a permis au mec de comprendre que sa reponse avait ete absurde et que nous ne lacherions pas le morceau car c'etait tres important pour nous. Resultat il s'est donne de la peine pour nous aider!
@ Jaume: que dire... Nous sommes restes plus de 40 jours en Argentine. J'ai achete du pain a 5 pesos le kilo et quelques semaines apres ailleurs, a 15 pesos... Un jour j'achete le kilo de tomates a 4 pesos le kilo et deux jours apres a 10 pesos. Ce jour la, Jacques va discuter avec le vendeur car il pensait qu'il nous arnaquait. En fait non, les prix changent et peuvent presque doubler du jour au lendemain. Les argentins peu fortunes controllent les prix et quand les prix sont trop eleves, ils ne mangent pas de ce produit le temps que les prix rebaissent!! Ou alors, ils vont au marche noir.;)
@ Tata Banya: je vais prendre le temps de faire une reponse complete car vous ne semblez pas convaincu de l'utilite d'un camping car dans un grand voyage. Bon, oui c'est vrai nous avions mal prevu le budget total du camion et nous depensons plus que prevu; MAIS: le camping car est le seul element stable dans la vie des enfants. Cela leur permet d'avoir leur "maison", leur chambre, leurs jouets et de retrouver quotidiennement cette stabilite alors que nous sommes continuellement en mouvance. TRES important... Ensuite, voyager avec son propre vehicule, nous permet de sortir des sentiers balises touristiques et de decouvrir des merveilles. Alors effectivement, nous sommes passes dans de tres mauvaises routes, qui ont abimees le camion et que nous avons dÛ faire reparer ensuite. Mais cela en valait la peine; sinon pourquoi partir voyager. Par exemple, personne ne va au nord du lac Baikal, nous l'avons fait, Droopy en a souffert, nous l'avons repare et avons paye. Mais mon Dieu c'etait une experience inoubliable. Enfin, quand nous regardons par curiosite les prix des hotels, même les meilleurs marches, nous sommes bien contents d'avoir le vehicule. Economie d'herbergement pour 5 personnes (2 chambres chaque fois) et de restaurants pour 5 personnes aussi. Et un ado ca mange... Ensuite, je ne pense pas faisable de donner des cours d'ecole dans des chambres d'hotel. Alors convaincu?? Voyager en camping car est un choix avec ses avantages et ses inconvenients. Mais nous ne regrettons pas notre choix, même si le nom de gouffre a sous est assez approprie.:D
@ Matuteram: sûrement que je cherche a depasser mes limites avec ce voyage, même si je ne m'en rends pas compte sur le moment. En tout cas, c'est certain que nous apprenons autant que les enfants a travers notre periple. Mais une chose est sûre, je n'ai jamais supporte l'injustice et même si nous avions eu beaucoup d'argent, je n'aurais jamais laisse les "Exolgan" nous rouler dans la farine de la sorte. >:(
 
 
matuteram Gravatar   31.05.2012 15:18
"mais nous nous sommes bien battus" Oui Non

La main de fer dans le gant de velours, ma chère Florence. Se battre n'était- il l'un des vos buts inavoués du voyage? Connaître vos limites et apprendre à les dépasser est une démarche qui vous attire. Certes? Et à vous lire, vous réussissez fort bien, même, si parfois, des larmes de colère voilent le regard.
 
 
tata banya Gravatar   30.05.2012 05:08
maki maki Oui Non Les vacheeeeeeeeeee eeeeeeees!

Quel est le pourcentage de votre budget de voyage avalé par Gouffre-à-sous ( Droopy pour les amis )
Rossinante , en vieux castillan, ne pesait pas lourd dans celui de don Quichotte
Un conseil, échangez-le contre 5 lamas qui déjà habitués au pays ne pèseront pas lourd dans l'économie familiale et en plus vous donnerons du lait, de lainages et de la viande.
Ilal Aman
 
 
araceli Gravatar   24.05.2012 09:24
Oui Non Sans commentaires! Je ne saurais pas tirer (pas l'envie qui me manque!!!) les conclusions rapides des multiples voyageurs qui traversent le pais, car malgré tout, il y a des gens extraordinaires que finiront par vous faire oublier les comportements odieux " des Oxolgans " que vous n'avaient pas fini de rencontrer!
Oui, il faut absolument montrer les dents et les biceps.
Ils finiront par céder, s'ils se rendent compte que "vous savez" comment cela fonctionne!
A l'époque del Che ( voire son livre-journal) c'était déjà de cet acabit….d'où la naissance de sa passion libératrice!
:-*:-*;)
 
 
jaume sans Gravatar   24.05.2012 08:38
Oui Non Bueno, en España a eso llaman un "culebrón". Esas noveiltas televisivas que paren haber terminado y vuelven a empez: el culebrón Droopy!
Verdaderamente la situación de América Latina sigue siendo lamentable. Parece que los países se van turnando. Cuando parece ir bien Chile, va mal Argentina; cuando las cosas parecen funcionar en Brasil, empeoran en Venezuela... Pero tanto si va bien como no, siempre va excelentemente para para algunos , que no son sólo latinos. Ellos son quienes reclutan y mantienen ese nutrido nombre de incompetentes y esas jerarquías que tanto ayudan a la "transparencia".
Bueno, esperemos que estas situaciones se hayan acabado y podáis continuar vuestro camino, con menos obstáculos
Un abrazo y muchos besos.
L'avi y Beatrice.;);)
Ah, gracias por ubicar la "mise en ligne". Ahora ya sabemos que habéis pasado por la ciudad de la ciencia argentina.
Otro abrazo
 
 
Caroline Gravatar   24.05.2012 06:40
Oui Non En Asie, en pétant les plombs, on perd la face et rien n'avance, mais on dirait bien qu'en Amérique du Sud c'est tout le contraire! Je ne connais rien d'autre de ce continent que les photos que j'en ai vu...Je serai donc dans la découverte à travers vos récits et photos.  
 
Vonaesch Gravatar   23.05.2012 12:47
Ouf,... vous avez enfin pu récupérer Droopy Oui Non Je compatis à tous vos problèmes et pour vous consoler un peu sachez ( un article du Temps) que le dollar est en hausse en Argentine ( il y a un marché noir du billet vert qui s'est développé avec 25 % de différence sur le cours officiel). Les importations restent bloquées," il y a actuellement 30000 voitures à quai et des bateaux chargés de voitures neuves qui attendent l'autorisation de franchir la douane"
Cela ne vous console peut être pas, mais prouve que vous n'étiez pas spécialemen t visés mais c'est la conjoncture qui va mal en Argentine. Bravo à tous deux, vous vous complétez très bien.
Quand quittez vous l'Argentine, car cela risque d'aller encore plus mal? ( financièrement)
M.. à Zach pour ses Evacoms Elise a presque fini et France en a 11 à faire ET Zach?
1000 bisous à tous Mamyjeanne
 
 
  • Gras
  • Italic
  • Soulignement
  • Barré
  • Citation
  • Smileys
  • :confused:
  • :cool:
  • :cry:
  • :laugh:
  • :lol:
  • :normal:
  • :blush:
  • :rolleyes:
  • :sad:
  • :shocked:
  • :sick:
  • :sleeping:
  • :smile:
  • :surprised:
  • :tongue:
  • :unsure:
  • :whistle:
  • :wink: