Itinéraire

01tourdiapo2

pnglogocouleur300dpi50x85Les 1001 Bornes apnglogohugo300dpi50x85apnglogohirondelle300dpi50x85apnglogopapillon300dpi50x85pnglogoVerdastelo300dpi50x85apnglogo2bornedorcoupe300dpi50x85apnglogofleur300dpi50x85028borneGland60x40pngdroopyfilm300dpi50x85                     

Florence || Dynamique, patiente et joviale

Les Bidochons prennent l'avion

Écrit par Florence on 24 avril 2012.

Lorsque nous avons organisé notre transport aérien de la Malaisie jusqu'à l'Argentine, nous nous sommes sentis nigauds comme Raymonde et Robert Bidochon, les héros de la bande dessinée de Binet!!

 Tout d'abord, nous devons nous familiariser avec l'achat en ligne des billets. Et oui, depuis la naissance des enfants, nous n'avons plus pris d'avion et bien des choses ont changé entre temps. Nous nous rendons compte que nous ne sommes plus à la page! Jacques se met donc à la recherche de différentes agences « on line ». A deux, rivés derrière l'écran nous rentrons plusieurs fois nos cinq données pour comparer les prix et les dates. Ces différentes opérations nous demandent du temps, mais nous finissons par trouver un vol pas trop cher, pas trop long et dont les dates concordent avec l'arrivée de Droopy à Buenos Aires. Un peu stressée, de peur d'enregistrer une fausse information que je ne pourrai plus modifier, je me m'attelle à la tâche de la réservation en ligne des billets. Je suis la procédure, étape par étape. Tiens, ce n'est pas si compliqué que cela, finalement. J'enregistre le paiement par carte de crédit, mais le mail de confirmation de l'agence nous informe d'un problème de paiement. Mince, on ne peut pas répondre au courrier et téléphoner en France depuis la Malaisie serait trop coûteux... Pas le choix, il faut attendre. Heureusement, tout rentre dans l'ordre assez rapidement et nos billets sont confirmés; soulagement.

Bien, nous devons à présent faire les bagages en pensant à emporter tous nos objets de valeur, les cours d'école pour le mois à venir et des habits en suffisance. Immanquablement, les derniers sacs seront fermés très tard dans la nuit avec les inévitables querelles dues aux oublis de dernières minutes. Je pense que beaucoup de personnes se reconnaitront dans ces paroles...

Le 22 mars, tôt le matin, nous arrivons à l'aéroport portant chacun un gros et un petit sac à dos. Autant dire que nous sommes chargés comme des mulets. Nous nous sentons un peu empotés parmi les autres voyageurs à l'aise faisant rouler sans effort leurs belles valises neuves. Nous procédons à l'enregistrement des sacs allant en soute et décidons de partir suffisamment tôt en direction de la porte d'embarquement. Au courant de l'actualité, nous savons que la sécurité a été renforcé dans les aéroports et que passer les contrôles douaniers peut relever du parcours du combattant. Très à l'aise pourtant, en pensant aux dizaines de douanes traversées depuis 18 mois, nous nous présentons devant la douanière malais. Oups, elle n'a pas l'air de bonne humeur, soyons sérieux et concentrés. Elle contrôle attentivement nos passeports et aboie tout à coup à Jacques « fingers » en lui montrant ses deux doigts. Jacques surpris, lui tend ses deux index comme s'ils allaient être menottés!! «no, on the screen » ajoute-t'elle. Nous ne pouvons nous empêcher d'éclater de rire devant l'air penaud de Jacques qui se fait prendre ses empreintes digitales par la fonctionnaire tout aussi renfrognée...

S'ensuivent les contrôles des sacs. Le premier se passe sans problème car j'avais bien pensé à ne prendre aucun liquide, ni aucune crème. Mais au deuxième passage, à la porte d'embarquement, la douanière me fait ouvrir le sac de Zélia. Flûte, elle a des petits ciseaux de papier qui seront immédiatement confisqués. Du haut de ses sept ans, elle pourrait être la nouvelle génération de terroristes. D'ailleurs la preuve, dans le sac à main de sa maman, un couteau suisse avec plusieurs lames, ciseaux et tire-bouchon... Jacques me regarde sidéré et moi, je me décompose. Comment ai-je pu oublier ce couteau? Je dois d'ailleurs être la seule personne, en 2012, osant se présenter aux contrôles douaniers avec un canif dans son sac... Je supplie la douanière de pouvoir le glisser dans une enveloppe et l'envoyer à nos amis de Kuala Lumpur. Ce couteau a une grande valeur sentimentale, il m'a été offert par mon papa a présent décédé. Rien à faire, je vois que la fonctionnaire enceinte est touchée, mais les ordres sont les ordres.

Ma nostalgie sera pourtant assez vite dissipée par l'heureuse découverte des progrès de la technologie. Sur les vols internationaux, chaque dossier a désormais une petite caméra individuelle. Ébahie par ces progrès, je me souviens de mes voyages de jeunesse avec un écran et un film unique pour tous les passagers. Tout contents et excités comme des enfants, Zachary et moi assis l'un à côté de l'autre, tapotons l'écran pour pouvoir choisir parmi les films, les musiques, les nouvelles et les jeux. Nous n'avions pas vu la télécommande rangée dans l'accoudoir de chaque siège!! Autant dire que je me sens à nouveau dépassée lorsque je pense aux petites brochures de jeux que j'avais acheté aux enfants en prévision des 18 heures de vol.

Puis, tout à coup mon plafonnier s'allume et s'éteint sans-arrêt. J'interpelle Zachary, inquiète d'avoir cassée quelque chose dans mes manipulations de la télécommande. En fait, c'était lui qui jouait avec le bouton de sa lumière pour me faire marcher!!

Ah, voilà le repas, enfin quelque chose qui n'a pas changé, c'est toujours aussi mauvais. Je prends le petit sachet « creme » pour mettre de la sauce sur ma salade, mais en versant le contenu, je comprends qu'il s'agit de lait en poudre. Zachary éclate de rire pendant que je regarde discrètement de tous côtés, espérant que personne ne m'a vu!!

Pendant les longues heures de vol, nous ferons tous les cinq une overdose d'écran et arriverons à Londres les yeux rouges et carrés.

Là, nouvelles surprise; aux contrôles douaniers les gens se déshabillent... vestes, gilets trop longs, ceintures, bottes; où vont-ils s'arrêter? Faut-il aussi enlever les soutiens-gorge à armatures? Non, mais il faut sortir les ordinateurs des mallettes, ce qui veut dire pour nous le retirer du sac à dos, puis de la mallette et ensuite tout ranger. Nous occupons plusieurs bacs avec toutes nos affaires et bloquons toute la file!

Dernier vol et nous arrivons enfin à Madrid mais sans les bagages perdus en route. Heureusement que nous sommes hébergés par la tante de Jacques, Neri en attendant l'arrivée de Droopy en Argentine. Elle nous prêtera les habits chauds de la grand-mère jusqu'à ce que nous récupérions nos sacs, deux jours plus tard.

 

RSZ360xBidochons

Le 13 avril, nous nous envolons à nouveau en direction de Buenos Aires. Derniers au revoir à la famille venue nous rendre visite. Au contrôle de sécurité, le sac de Zachary est ouvert par le douanier qui en sort un... magnifique couteau suisse avec plusieurs lames, ciseaux, tire-bouchon et lampe de poche. Bloqué au fond d'une petite poche, il avait passé tous les autres contrôles depuis Kuala Lumpur... Mais celui-là nous avons pu le sauver en le remettant à la maman de Jacques qui le gardera précieusement jusqu'à notre retour.


Florence Gravatar   11.05.2012 18:58
Réponses Oui Non @ Zachy et Zohra: je ne pensais pas aux affaires d'école, mais aux appareils photos, ordinateurs et MP3...;D
@ Chichi: nous avons déjà pris tellement de retard, que va savoir nous serons finalement peut-être ensemble en Uruguay!
@ Araceli: ce matin au petit-déjeuner, nous avons reparlé de ton commentaire et avec les enfants, nous nous sommes "amusés" à trouver de quelle manière on pouvait agresser le pilote: lacets de chaussures, foulard pour l'étrangler , etc. Nous avons eu beaucoup d'idées, comme quoi...
@ Mamy: Ana nous a expliqué que les douaniers devaient d´truire tous les objets confisqués. Je trouve cela débile, car ils pourraient au moins les distribuer à des gens dans le besoin.
@ Neri: pas grave pour le "froid" de Madrid. Cela nous a fait du bien après les longs mois de chaleur en Asie. Et surtout l'avantage de l'Espagne au printemps, c'est qu'il n'y a pas de moustiques :P
@ Caroline: avec tous ces couteaux suisses confisqués, le monde extérieur devient plus dangereux que l'intérieur des aéroports !!
@ Avi: ton commentaire n'est pas très rassurant.
@ Tata Banya: toutes les dents de la famille ont été contrôllées à la clinique frabcaise de Vientiane au Laos. En Asie du sud-est, on ne mange pas sucré, d'où la beauté de nos sourires:D
@ Matuteram: merci, mais le problème est que je parle suffisament bien anglais pour ne pas devoir confondre du lait en poudre avec de la sauce salade!!
 
 
matuteram Gravatar   07.05.2012 12:55
" espérant que personne ne m'a vu!!!" Oui Non Soyez fière de ces petites maladresses , elles font partie intégrante de votre charme , de votre jeunesse et de l’intérêt que vous portez aux autres,chère madame!  
 
tata banya Gravatar   06.05.2012 14:14
maki maki Oui Non Diable, l'allure de dame Gros! Elle ose montrer le haut...du pantacout!Très belles langues,quoique , avec de si grands sourires vous aurez de proposition de tous les dentistes de la région, n'est-ce pas Zak!
M----! vous régurgitez de bonheur et moi, bosse,que bosse et sous le froid.Profitez : la Suisse de M. Calvinus vous attend bras ouverts!
Ilal Aman
 
 
jaume sans Gravatar   02.05.2012 15:11
Oui Non Un peu trop tard pour faire un commentaire "actuel"... aux peripecies, si bien ce sont de peripecies toujours très actuelles.
C'est bizarre comment peut on trouver presque autant de situations rares dans un voyage de 18 heures en avion que dans une année sur Droopy!
Les problème des ciseaux et des couteaux est un problème très fréquent. Il-y-a un policier méxicain qui montre bien sûr comme trophée précieux une paire de ciseux suisses capturé à un monsieur chauve avec passeport espagnol. En revanche a Zurich il-y-a un monsieur chauve avec passeport espagnol qui porte la cmptabilité sur le nombre des douanes qui'il a traversé avec un petit briuet dans une des pochettes du sac de ceinture!!
Bisous
L'avi et Beatrice;);)
 
 
Caroline Gravatar   01.05.2012 10:33
Oui Non NOus aussi ce mois d'octobre on s'est retrouvé à la douane avec un couteau suisse à Amsterdam, et les cartes d'identité des enfants non valables!!!!
Pour le couteau, j'ai dû nous l'envoyer par la poste de l'aéroport, pour les cartes on a reçu un avertissement!
Tant mieux parce qu'il y a 10 ans, pour arriver en train à Prague on a été arrête pour des passeports non valables (de 6 mois) et des cartes d'identité qui n'étaient pas un moyen de passer la douane là-bas à l'époque, et remis dans le train... direction Vienne qui est une très jolie ville!
 
 
Nerita Gaiteiro Gravatar   27.04.2012 19:52
Y que frio hacía Oui Non el día que llegasteis! Ya intenté ocuparme enviando una carta al dios del tiempo pero se ve que puse mal la dirección y no llegó. Si os faltan dos pares de guantes pequeños ! se quedaron por aquí. Las fotos de Madrid me suenan todas muchísimo.....  
 
Vonaesch Gravatar   26.04.2012 13:11
Couteau suisse Oui Non Je suis désolée que tu ne l'ai pas dit avant que je vienne à Madrid, j'aurais pu t'en apporter un autre qui n'aurai pas remplacé celui de Fritz mais que tu aurais pu mettre dans la valise.
Remarque il m'est arrivé à peu près la même chose avec une lime métallique que j'avais complètement oublièe au fond du sac que je prends toujours en voyage. J'ai passé la douane à Genève, à Paris, une première fois à Panama, une seconde fois sans aucun son ni que personne ne s'aperçoive de sa présence et quand la dernière douanière voulait absolument me vider mon sac, c'est là qu'on a trouvé cette lime. Tout comme ton couteau elle me l'a confisqué mais pour moi c'était égal. Comme quoi je ne sais si toutes ces tracasseries, à part donner bonne conscience aux douaniers,c'est si efficace.
Je suis heureuse que vous ayez enfin récupéré Droopy
10000 bisous à tous ( l'Album de Madrid est magnifique)
Mamyjeanne
 
 
araceli Gravatar   25.04.2012 13:32
couteau suisse avec plusieurs lames Oui Non Mais voyons, apprenez que la bêtise à été généreusemen t repartie sous tous les casques, casquettes et autres attributs du pouvoir!
Sauf en classe économiqu e, les compagnies offrent à leurs clients à bord, des verres, EN VERRE (dont un tesson peut faire des miracles dans des mains habituées), des couverts, cuillères, fourchettes et couteaux métallique s, parfaitement solides pour étriper la charmante stewardesse ou son encombrant voisin!
Tous ceux qu'une fois, ont regardé un crimi , se sont aperçus, qu'un lacet de chaussures est suffisant pour étrangler quelqu'un.
Les terroristes ne l'ignorent pas et l'argent pour payer la différence entre les autres classes ne représente pas un empêchement majeur.

Sujet philosophique de composition: " Pourquoi donc, on applique des consignes stupides?"


;D>:(8)
 
 
ceci Gravatar   25.04.2012 07:02
Oui Non Querida amiga del alma, Me hiciste reir con tu texto, a pesar de que ya conocia las historias... Besos enormes y me gustaria estar con ustedes para mostrarles mi ciudad...  
 
Zohra Gravatar   24.04.2012 22:38
objet de valeur Oui Non je trouve que les affaire d'école ne sont pas des objets de valeur!;D

 
 
  • Gras
  • Italic
  • Soulignement
  • Barré
  • Citation
  • Smileys
  • :confused:
  • :cool:
  • :cry:
  • :laugh:
  • :lol:
  • :normal:
  • :blush:
  • :rolleyes:
  • :sad:
  • :shocked:
  • :sick:
  • :sleeping:
  • :smile:
  • :surprised:
  • :tongue:
  • :unsure:
  • :whistle:
  • :wink: