Itinéraire

01tourdiapo2

pnglogocouleur300dpi50x85Les 1001 Bornes apnglogohugo300dpi50x85apnglogohirondelle300dpi50x85apnglogopapillon300dpi50x85pnglogoVerdastelo300dpi50x85apnglogo2bornedorcoupe300dpi50x85apnglogofleur300dpi50x85028borneGland60x40pngdroopyfilm300dpi50x85                     

Florence || Dynamique, patiente et joviale

Déstabilisée

Écrit par Florence on 8 février 2012.

«  Jacques, c'est toi ? »

A 43'000 kilomètres de Genève, Jacques rencontre par hasard à Stung Treng au Cambodge, Mireille une ancienne collègue MSF accompagnée de son mari Jacques et d'une amie !!! Dans cette petite ville, ils sont membres actifs d'une association pour la promotion du tourisme solidaire et durable créé cinq ans plus tôt à Genève. Dans le petit hôtel « le Tonlé », des jeunes khmers en situation précaire se forment en travaillant aux métiers du tourisme. Grâce aux normes suisses sévères, ils auront des chances ensuite de se faire engager pour travailler avec des touristes aux exigences occidentales... Les trois membres sont venus de Suisse pour suivre l'évolution de l'association suite à un changement de poste à la comptabilité.

Après avoir bu un thé dans le camion, nos compatriotes nous proposent de nous garer dans le jardin de l'hôtel pour la nuit. Nous acceptons avec joie à la perspective de pouvoir nous doucher et laver du linge... L'endroit est impeccable, « à la suisse », mais nous avons déjà compris à quel point ce détail a son importance. Nombreux occidentaux veulent voyager pour découvrir de l'authentique, mais arrivés à l'hôtel ils exigent un certain confort: eau chaude, climatisation, lits confortables avec moustiquaires et propreté!! De quoi dérouter tout local non habitué à ce genre de comportement contradictoire.

Le lendemain matin Mireille nous invite à partager leur petit-déjeuner. Si l'on trouve toujours facilement des baguettes de pain dans cette ancienne colonie française, il est plutôt rare de pouvoir déguster du chocolat suisse, de la viande séchée et du gruyère que nos amis ont apporté de Genève. Quel festin... Nous avions toujours tendance à nous moquer de ces touristes qui mangent leur propre nourriture à l'étranger, mais après ces longs mois de voyage, nous mesurons à quel point la nourriture est culturelle et que le besoin se fait ressentir de manger des produits au goût connu et familier.

Toujours intéressée par les aspects sociaux des pays visités, je m'empresse de poser des questions à nos amis sur les conditions de vie au Cambodge. Mireille nous explique tout d'abord que la corruption est grande au sein du gouvernement et que le pays entier en pâti. L'état est formé d'une monarchie constitutionnelle à tendance autoritaire dirigée par le roi Norodom Sihamoni; et du PPC (Parti du Peuple Cambodgien) avec son premier ministre Hun Sen mis au pouvoir par les forces vietnamiennes en 1978. Le PPC anciennement communiste, malgré son nom; se veut aujourd'hui réformiste et nationaliste. La corruption se situe à plusieurs niveaux: trafics divers avec les pays voisins et système judiciaire médiocre dont la législation n'est que rarement appliquée. Par contre, les poursuites pour diffamation sont fréquemment utilisées pour faire taire l'opposition politique et les critiques à l'encontre du gouvernement...

Nous constaterons très vite, lors de notre courte traversée du pays que les différences sociales sont criantes... grandes et belles voitures sur les routes, grands centres commerciaux achalandés de produits occidentaux à la capitale, mais dès que l'on se rend dans les régions les plus reculées, les gens vivent pauvrement, de l'agriculture pour la plupart. Au Cambodge, avec de l'argent, il est sûrement possible de vivre correctement profitant des services privés payants, comme par exemple de bonnes écoles privées où les plus avantagés s'empressent d'envoyer leurs enfants pour leur assurer un avenir meilleur ...

Et oui, la corruption est même présente au niveau du système éducatif. Mireille nous racontait en effet que les professeurs mal payés ne corrigent que les épreuves des élèves dont les parents peuvent payer un petit supplément !! Mais il est vrai que le régime des Khmers rouges a bien contribué au déclin du niveau d'instruction de la population par l'assassinat en masse de la main d'oeuvre qualifiée et des intellectuels dont les enseignants. Le bas niveau d'éducation reste donc bien évidement l'obstacle principal au développement économique et social du pays!

Sur la route, nous observerons en effet que les petits villages de campagne n'ont pas d'écoles et que beaucoup d'enfants sont dans les rues pendant les horaires scolaires de la semaine. Mohaï, dont parle Zohra dans son texte sur le Cambodge a joué avec ses frères et sœurs pendant les trois jours de semaine où nous sommes restés au bord de la plage. Vont ils à l'école ? Mystère... La situation des filles et des femmes est précaire et leur taux d'analphabétisme est supérieur aux hommes. Dans la famille de Mohaï par exemple, le grand frère étudie à l'université. Ne peuvent-ils financer que les études d'un seul des enfants? Pourtant, le gouvernement aide les familles défavorisées pour leur permettre de scolariser leurs enfants. Mais sans écoles et avec un nombre insuffisant d'enseignants (40 à 50 enfants par classe); comment faire des miracles? Impossible pour notre part de poser toutes ces questions lorsque la plupart des habitants du pays ne parlent pas suffisamment bien une langue étrangère pour communiquer avec l'étranger.

Et pourtant, la situation de Mohaï est loin d'être la pire. Nous étions abasourdis, en visitant le site d'Angkor, du nombre d'enfants et adolescents travaillant pour vendre des babioles aux touristes. A chaque temple, plusieurs jeunes nous assaillaient à coup de « one dollar », « cheap ». Ils apprennent en effet deux-trois phrases en anglais, japonais, russe, français et les voilà prêts pour travailler « dans le tourisme » dès 6-7 ans. Avec de l'argent gagné aussi « facilement »; en comparaison, le revenu moyen d'un khmer est de 1 dollar par jour, il n'est pas étonnant que l'enseignement de base enregistre un taux élevé d'abandon...

 En ce qui concerne l'état de santé de la population khmer, il est parmi le plus mauvais de la région. Le taux de mortalité élevé est surtout dû à de mauvaises conditions sanitaires dans les régions reculées. Mais plus que tout, l'accès aux soins reste limité et inégal; femmes et enfants en particulier souffrent alors de graves problèmes de santé. En effet, à cause du sous-financement du secteur par le gouvernement, les soins médicaux sont une des principales cause d'endettement et d'appauvrissement des khmers. Impossible à nouveau de ne pas être perturbé par le nombre impressionnant de mutilés des bombes antipersonnelles qui mendient par dizaines quelques riels aux touristes à l'entrée des musée ou sur les plages lors des festivités du Nouvel An. Au Laos, pourtant plus touché par le nombre de blessés quotidiens dus aux bombes non explosées, nous n'avons pas vu un seul mendiant.

RSZ360destabilise

Ce sont tous ces aspects du Cambodge qui m'ont fortement déstabilisé et c'est presque avec soulagement que je l'ai quitté.

Troublée et en tant que bonne suisse peu habituée par tant de pauvreté visible, je me sentais mal à l'aise dans ma position d'étrangère en visite. Si les différences sont grandes dans le pays, imaginez le fossé séparant les campagnards et nous-mêmes... Dans un petit village, la plus instruite du groupe visitant notre camion, me demandait dans un anglais approximatif d'où nous venions. Croyant que c'était de Nouvelle Zélande, j'ai alors sorti une carte du monde pour lui situer l'Europe et la Suisse. Voyant cela, elle a fait une tête voulant exprimer:  « laisse tomber ta carte, je n'y comprendrais de toute façon rien. » Je me suis sentie alors maladroite et déplacée dans mon geste.

Évidemment les khmers en contact avec les touristes sont persuadés que nous sommes tous riches et même si c'est loin d'être le cas dans notre pays, comment le leur expliquer. Ici, nous racontions que Jacques travaillait pour un journal pendant notre voyage, car contrairement à tous les autres pays traversés, c'était absolument inconcevable pour eux de comprendre que nous avions économisé pendant quinze ans pour réaliser ce périple et que en vivant simplement pendant trois années, nous pouvions nous permettre de ne pas travailler.

C'est pour cela qu'au bout de quelques jours j'en ai eu assez de réaliser qu'à chaque transaction financière entre nous et les khmers, se cachait une arnaque. Au Cambodge, il est possible de payer soit en riels, soit en dollars. Il faut alors sans cesse changer les prix dans trois devises différentes pour savoir la valeur réelle. Dans les régions touristiques, les locaux profitent de cet état de fait pour embrouiller le touriste et augmenter les prix. Il faut sans arrêt être sur ses gardes pour éviter de payer par exemple dans la rue une boisson 2$ alors que son prix réel est de 0,25$!! Même si je suis privilégiée par rapport à la plupart des cambodgiens, j'étais excédée d'être considérée uniquement comme une vache à lait!!

Et pourtant depuis notre départ du Cambodge, je ne cesse de me questionner sur la complexité de ce pays et de chercher à le comprendre. Beaucoup de voyageurs racontent que l'Inde ne laisse jamais indifférent. Pour ma part, j'aurais déjà ressenti cela avec le Cambodge.

                                     (mis en ligne à Phuket, Thaïlande)

.


Nerita Gaiteiro Gravatar   18.02.2012 21:31
Pocos , muy pocos Oui Non turistas o no occidentales desean conocer la verdad de tantos paises "exóticos" porque el hambre, la miseria, la incultura, la suciedad son feos y desagradables y les obligaría a revisar su propia conciencia y hacerse muchas preguntas que tampoco están dispuestos a contestarse.!Están tan lejos! No está en nuestras manos arreglarlo.....! Siempre hay cosas que se pueden hacer. Todavía hace dos o tres dias los periodicos hablaban de un matrimonio cuya hija había muerto en un atentado terrorista en 2004, en la estación de Atocha de Madrid; Ellos habían donado la indemnización que recibieron por la vida de la joven para la construcción de una escuela en Anantapur (India). La escuela estaba terminada y los niños aprendiendo. Eso, es una esperanza. Que vosotros necesiteis contarlo a quienes conoceis , es otra esperanza. Que nosotros hagamos lo mismo, una más. Cada mañana te levantas con ella y a lo largo del día radio, tv, periódicos,po líticos y poderosos casi te la hacen perder. Cuando te acuestas te dices... sí, seguro que mañana algo mejorará..........  
 
matuteram Gravatar   13.02.2012 19:00
l'Inde ne laisse pas indifférent Oui Non Aucun pays, surtout ceux dont la civilisation nous est moins connue, ne peut laisser indifférent, aux âmes exigeantes portant des yeux dans le cœur . Soyez heureuse, chère Florence, car inconsciemment, c’était, peut-être, un des buts de votre quête dans ce voyage et vous réussissez fort bien, à faire partager ces inquiétudes.
 
 
Vonaesch Gravatar   11.02.2012 14:03
Comme par exemple de bonnes écoles privées Oui Non C'est peut-être moins criant en Europe, mais la différence existe toujours entre ceux qui peuvent payer des écoles privées et les autres qui peuvent parfois ne se payer que le strict minimum même en travaillant
Ce voyage vous ouvre les yeux sur des conditions de vie qui ont existé après la guerre ( et donc que vous n'avez pas connues) et qui sont en train de revenir ( voyez la Grêce ).
Mais si tu es destabilisée, comme ton fils , c'est que tu as du coeur et cela les gens que vous rencontrez doivent le sentir. C'est sûr que lorsque vous rentrerez vous serez différents.
Quant aux marchands ambulants cela t'oblige à marchander ou à faire du calcul mental, tu peux engager les enfants c'est un très bon exercice. Et rassure-toi cela se passe dans tous les pays pauvres ou`le touriste puisqu'il est riche il doit payer.
1000 bisous à tous
Mamyjeanne;D;D
 
 
jaume sans Gravatar   11.02.2012 10:22
Oui Non En lisant ton réci on se sent aussi destabilisé à chaque ligne.
La question continue à être: qu'est-ce que l'on peut faire pour
finir avec l'injustice... L'unique réponse - même si l'on n'y croit plus -
es la revolution, la vrai. C'est laquelle?
Nous vous embrassons trè fort
L'avi et Beatrice
 
 
araceli Gravatar   09.02.2012 20:02
où se cache l'arnaque? Oui Non Pas facile à déceler les arnaques ; qui trompe qui ?qui trompe et qui se laisse tromper ? A midi j’entendais dire à la radio un citoyen de l’ancienne DDR « elle était belle la liberté, surtout quand nous la regardions à travers un trou dans le mur, mais à quoi me sert-elle aujourd’hui ? Je n’ai pas de boulot, la vie est trop chère, les prix se sont envolés, l’entraide n’est qu’en souvenir… non,je n’ai plus d’admiratio n pour l’Allemagne des inégalités »
J’ai beaucoup apprécié ton sens des réalités et de la mesure. Gros bisous
 
 
  • Gras
  • Italic
  • Soulignement
  • Barré
  • Citation
  • Smileys
  • :confused:
  • :cool:
  • :cry:
  • :laugh:
  • :lol:
  • :normal:
  • :blush:
  • :rolleyes:
  • :sad:
  • :shocked:
  • :sick:
  • :sleeping:
  • :smile:
  • :surprised:
  • :tongue:
  • :unsure:
  • :whistle:
  • :wink: